Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

A tous les frères de l'Ordre des Frères Mineurs

A l’ordre des Clarisses,

Aux sœurs et frères de l'Ordre franciscain séculier,

Et à toutes les femmes et hommes de bonne volonté


«Veillez à ne mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges au ciel regardent toujours la face de mon Père céleste» (Matthieu 18: 10).

Chers frères et sœurs,


Que le Seigneur vous donne la paix!


Pendant longtemps, en tant que Frères mineurs, nous avons été préoccupés par la situation que vivent nos frères avec les chrétiens et toute la population syrienne. Il n'y a pas si longtemps, nous avons appelé la communauté internationale à intensifier ses efforts pour mettre fin à la guerre et aux souffrances de la population civile et à faire tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à la paix.


Maintenant, au début de l'Avent, un temps où le Seigneur Jésus nous invite à regarder et à prier avec insistance, nous voulons proposer à toutes nos communautés l'initiative «Enfants priant pour la paix». Elle a débuté comme une idée du projet «Aide à l'Eglise dans le besoin» et nous souhaitons y adhérer en tant qu’Ordre des Frères Mineurs et le relancer sur une base internationale chaque mois. Cette initiative vient de la conscience que le Roi de l'Univers, le Roi de la Paix, est la véritable source de toute paix. Notre paroisse de Saint-François d'Alep, fortement touchée par la tragédie de la guerre et ancrée dans son espoir de paix, a déjà pris part à cette initiative. D'Alep, nous envoyons maintenant notre invitation au monde entier.


A partir de l'Avent 2016, nous souhaitons nous joindre à cette initiative en tant qu'Ordre des Frères Mineurs et nous voulons encourager toutes les communautés, les paroisses et les écoles confiées à notre pastorale et à toutes les organisations proches de nous [pour participer à l’initiative]; Et nous les encourageons à diffuser le message à d'autres communautés ecclésiastiques et religieuses dans les domaines où les Frères mineurs vivent et opèrent. Nous croyons que le Seigneur entend le cri des «petits» et que leur prière leur devient une occasion de réflexion et de conversion pour ceux qui sont «grands».


Nous demandons à chaque communauté de consacrer la messe de ses enfants, ou la messe la plus fréquentée par les enfants, le premier dimanche de chaque mois, à la prière pour la paix, selon ce qui est localement possible. La même chose peut se faire lors d'une célébration au cours de l'Oratoire ou en impliquant les écoles, ce qui donne un esprit œcuménique et interreligieux à l'initiative.
Si une communauté n'a pas de liturgie pour les enfants ou si elle n'a pas de ministère pour les oratoires ou une école, elle peut faire le geste lors des louanges collectives ou des vêpres, ou à une occasion créée spécialement pour cette initiative.


Voici quelques suggestions pratiques pour unifier la forme de la célébration, en prenant l'exemple de ce qui se fait à Alep: après le premier salut et l'introduction à la célébration par le prêtre, certains enfants avanceronten procession avec des bougies allumées qui seront placés près de l'autel, dans un endroit visible, tandis que tous chantent, ou alors qu'ils récitent la «simple prière» pour la paix.


De plus, différentes intentions de Prière des fidèles seront consacrées à la paix dans les cœurs, à la paix pour les familles et à la paix à Alep et partout dans le monde. Les chansons doivent également être consacrées au thème de la paix.


Si la prière est faite en dehors de la célébration eucharistique, elle peut toujours être adaptée à la célébration, en maintenant le symbole de l'allumage de la bougie, avec la simple prière et les chants pour la paix (se rappeler de toujours expliquer aux enfants que cette prière est en communion avec tous les enfants du monde pour la paix en Syrie, en particulier à Alep et pour la paix dans le monde).



Simple prière pour la paix

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est la discorde, que je mette l’union.

Là où est l’erreur, que je mette la vérité.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

 

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à

être consolé qu’à consoler,

à être compris qu’à comprendre,

à être aimé qu’à aimer.

 

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,

c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,

c’est en pardonnant qu’on est pardonné,

c’est en mourant qu’on ressuscite à la vie éternelle. »

Amen.


Nous demandons à tous ceux qui prennent garde à notre proposition, de le signaler sur notre page Facebook: bambiniinpreghieraperlapace.

Que Dieu bénisse tous les efforts pour la paix et qu'il écoute le cri et la prière de ses enfants.


Fraternellement,


Fr. Michael A. Perry OFM
Ministre général

Fr. Francesco Patton OFM
Gardien de la Terre Sainte

 Rapport de la délégation franciscaine au Sommet sur le Climat Mondial (COP 21)

Paris 2 au 10 décembre 2015

 

Introduction :  Pour la première fois dans l'histoire, des dirigeants mondiaux ont pris un engagement public pour réduire les émissions globales et examiner de près l'impact sur les changements climatiques. Pour nous, Franciscains Catholiques, l'accord  COP21 de Paris représente un important pas en avant sur la route qui nous conduit à prendre soin et à protéger les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables face aux dégâts résultant des changements climatiques. Ces changements climatiques, la plupart des  scientifiques l'admettent, sont causés par l'activité humaine et l'utilisation des sources d'énergie d'origine fossile.

L'accord de Paris est juste le début du voyage et c'est avec tout notre engagement et notre d'attention que nous voulons rester vigilants. En cohérence avec notre engagement à suivre Saint François et à vivre sa spiritualité, nous, Franciscains, n'aurons de cesse que les plus vulnérables soient protégés, que les pauvres acquièrent de meilleures conditions de vie et que notre “maison commune”, notre Sœur la Terre, soit préservée et traitée avec la dignité qui lui est due.

Les éléments clés de l'Accord de Paris

  • L'objectif de maintenir l'augmentation de la température moyenne globale bien en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels et de poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels.
  • Une décision, non contraignante, pour les nations membres de revoir leurs objectifs en 2020, puis tous les 5 ans, dans le but d'augmenter leur lutte contre l'émission de gaz à effet de serre et d'avoir des rapports d'évaluation réguliers et périodiques des progrès faits dans le but commun de contenir l'augmentation des températures.
  • Une reconnaissance que les 100 billions de dollars américains, annuels, promis pour 2020, constitueront la base d'un fonds permanent  et que le financement sera régulièrement  passé en revue avec les objectifs nationaux de réduction des gaz à effet de serre, en vue d'un nouveau financement dont le montant serait fixé en 2025.
  • La reconnaissance que de nombreux pays subissent des pertes et des dommages causés par les changements climatiques, pour lesquels, néanmoins, l'Accord exclut spécifiquement toute responsabilité ou la possibilité de demandes de compensation.

Nous reconnaissons que l'Accord de Paris de la COP21 constitue une étape importante dans le débat sur les solutions possibles à la crise environnementale, en particulier en comparaison avec les précédentes réunions de la COP. En dépit de ces progrès, l'accord a la faiblesse d'être complètement basé sur le volontariat et ne traite pas des aspects importants comme : comment créer et garantir le financement qui aidera les pays les plus pauvres à faire front aux dégâts causés par les changements climatiques et, par ailleurs, ne traite pas des thèmes liés à la défense des droits de l'homme pour les peuples concernés. Ce sont certains des aspects que le Pape François a  soulignés dans son Encyclique : “Laudato Si”.

La délégation Franciscaine à la COP21

Fidèles à leur engagement d'être présents en ces moments importants et vitaux pour le monde[1], les membres de la Commission Inter-franciscaine JPIC, communément appelée Romans VI, ont organisé et coordonné la participation d'une délégation franciscaine aux travaux de la COP21, concrétisée par la présence à Paris de 20 Franciscains originaires de différents pays et représentant diverses branches de la famille Franciscaine. Cette participation Franciscaine a été le fruit d'une collaboration avec Franciscains International, dont les délégués ont participé aux réunions officielles organisées par les Nations Unies.

L'objectif du travail de la délégation était, par le partage et le dialogue, d'apporter la contribution de la spiritualité Franciscaine aux discussions existantes sur ces sujets et de montrer que les Franciscains sont actifs et veulent participer de plus en plus et de façon concrète à la sauvegarde de notre “maison commune”. S'y ajoute le souci de plaider de façon active pour la justice environnementale et le changement de ces structures qui génèrent les conditions d'injustice et d'extrême pauvreté.

En conséquence, la délégation a décidé de préparer un certain nombre de propositions qui pourraient être travaillées au sein de la Famille Franciscaine, en poursuivant et développant ce qui a été décidé après notre participation à Rio + 20. Ces propositions concernent 3 thèmes en relation avec les changements climatiques :

  • Les industries d'extraction _ une réponse au cri de la Terre
  • L'économie _ une réponse au cri des pauvres
  • Les choix de vie ( témoignage personnel et collectif)

Nous encourageons chacun à s'investir dans les sociétés civiles, avec les groupes d'autres religions et toutes les personnes de bonne volonté dans un dialogue constructif sur ces sujets afin de susciter :

  • Une plus grande conscience
  • Une coordination dans l'action
  • Une approche basée sur les droits de l'Homme
  • Un engagement populaire pour influencer les gouvernements
  • Des actions de plaidoyer

 

A la suite de sa participation à la COP21, la délégation a créé des groupes de travail

afin de définir les points suivants sur lesquels focaliser son attention  :

Exploitation minière et industries d'extraction : i.e. toutes les activités (comme l'extraction minière, l'exploitation forestière, les pêcheries industrielles, l'industrie agroalimentaire) qui extraient de grandes quantités de ressources naturelles, avec des conséquences pour les plus pauvres, ou qui épuisent les ressources naturelles et ont un impact négatif sur l'environnement. Le groupe recommande des actions telles que :

  • Augmenter la prise de conscience
  • Partager l'information et procurer des avis compétents
  • Favoriser la création de réseaux au sein des populations indigènes et avec les autres groupes concernés
  • Dialoguer avec tous
  • Plaider la cause à tous les niveaux.

 Le groupe de travail propose de se focaliser plus spécialement sur l'exploitation minière, la pêche industrielle et la déforestation.

Économie : Après ces journées de participation à la COP21 nous avons été conduits à penser que le système de développement économique est défectueux. Plutôt que d'aider les personnes les plus vulnérables, il crée un fossé de plus en plus large entre les riches et les pauvres comme l'écrit le Pape François dans Laudato Si : “ Pour que surgissent de nouveaux modèles de progrès nous devons « convertir le modèle de développement global», ce qui implique de réfléchir de manière responsable « sur le sens de l’économie et de ses objectifs, pour en corriger les dysfonctionnements et les déséquilibres » ...(194)

A la lumière de ces deux constats nous sommes déterminés  à engager toute la Famille Franciscaine  dans un processus de réflexion responsable qui conduira à des actions pour une justice climatique.

Choix de vie :

La proposition de changer de choix de vie (renoncer volontairement à “je veux”) commence avec de petites actions,

  • Recycler les ressources renouvelables
  • Réduire l'utilisation de ressources non renouvelables
  • Rejeter la culture du “jetable”
  • Favoriser une production par les masses plutôt qu'une production de masse

et se développe dans une participation engagée et un plaidoyer pour ces actions à tous les niveaux de la société.

Chaque participant a eu une évaluation très positive de cette participation à la COP21 et chacun a particulièrement apprécié l'engagement de la Famille Franciscaine Française, avec laquelle nous avons partagé d'intenses moments de prière, de partage et de joie fraternelle dans des repas conviviaux.

Le temps passé avec des groupes de la société civile et des représentants d'autres religions a aussi aidé la délégation à être sensibilisée d'avantage à la mise en réseau de nos propres ressources, énergies et talents dans un effort commun en faveur de notre “maison commune”.

Après la prière de l'Angélus, le dimanche suivant la COP 21 le Pape François a dit : “ Dans l'espoir qu'une attention spéciale  sera garantie aux populations les plus vulnérables... j'exhorte la communauté internationale à avancer sur le chemin menant à une solidarité toujours plus  efficace”.

En tant que Franciscains, le souci des populations les plus vulnérables est une part intégrale de notre charisme. Nous avons dès maintenant commencé ce travail ; maintenant, en ce temps de transformation mondiale, à la lumière de l'exemple de Saint François, nous devons réfléchir à nos propres choix de vie (individuels, communautaires et sociaux/politiques) et approfondir notre engagement à vivre notre solidarité avec les plus pauvres de l'humanité ainsi qu'avec le reste de la Création.

Le climat est un bien commun, qui appartient à tous, destiné à tous ; nous sommes tous appelés à être de bons serviteurs de notre mère et sœur la Terre.

Romans VI

[1]     Cette présence a commencé avec une délégation officielle et une participation au sommet Rio+20 et s'est poursuivie avec le Forum Social  de Tunis au début de 2015

Le Deuxième congrès européen de l'OFS et de la JeFra
«Vivez une vie digne de l'appel que vous avez reçu!» (Éphésiens 4,1)



En 2012, l'OFS et la JeFra ont célébré leur premier congrès européen commun à Lisieux, la ville française célèbre pour sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. C’était une sorte de moment historique parce que c’était la première réunion de son genre entre l'OFS et la JeFra, bien que la JeFra ait déjà animé cinq congrès jusqu'à présent. Une des décisions de ce congrès était de poursuivre le même chemin ensemble et d'organiser un deuxième congrès européen OFS-JeFra en Bosnie-Herzégovine en 2015. Ainsi la fraternité nationale de Bosnie-Herzégovine a commencé à organiser ce congrès qui se tiendra 17 -23 Août 2015 à Mostar.

 

La Fraternité Nationale du Vietnam a célébré son Chapitre National Électif le 13-15 mai 2016. Paul Nguyen Van Hoa a été élu comme ministre national et Anton Phung Bai comme conseiller international.

2EME CONGRES OFS-JEFRA AFRIQUE FRANCOPHONE ZONE OUEST LOME-TOGO, DU 08 AU 15 FEVRIER 2014

Dieu, dans son plus grand amour et avec l'intercession de Saint François, a réuni une fois encore ses enfants de l'OFS et de JeFra du continent. Il s'agissait du Deuxième congrès de l'OFS et de JeFra des régions ouest de l'Afrique francophone avec la participation des pays lusophones et anglophones qui a eu lieu à Lomé, au Togo, du 08 au 15 février 2014. Les pays présents étaient: le Bénin, l'Angola, l'Afrique du Sud, le Burkina-Faso, le Togo, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Gabon, le Ghana, la Guinée Bissau, le Cap-Vert, et les représentants de la Présidence du CIOFS de la Croatie, le Mexique, l'Erythrée, l'Espagne et la France. On a manqué la présence de nos frères et sœurs de la République du Congo, la Guinée Equatoriale et le Mozambique, mais nous espérons que la prochaine fois ils vont nous rejoindre