Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

Circ. n. 33/14-20

Prot. n. 2981

Roma, 4 Juin 2017

Pentecôte

PDF


A tous mes frères et sœurs de l'Ordre Franciscain Séculier qui sont dans le monde


"Comblé chaque jour des grâces consolantes de l'Esprit-Saint..." 


Mes chères sœurs et mes chers frères!
Que le Seigneur vous donne sa paix!


"Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur, je le dis encore, réjouissez-vous" A l'occasion de la fête de Pentecôte écoutons les paroles de Saint Paul; nous nous réjouissons et nous redécouvrons ce qui a été aussi l'expérience de Saint François, chaque jour nous sommes comblés de la grâce de l'Esprit-Saint. Dieu nous donne toujours le meilleur et nous, nous pouvons l'utiliser pour aimer notre prochain en profondeur, pour accomplir nos tâches le mieux possible, pour cheminer sur le sentier de notre vocation de franciscains séculiers, pour être le sel de la terre et la lumière du monde.

 

 
Je vous invite tous à ouvrir vos yeux, vos oreilles et votre cœur de façon à recevoir l'Esprit de Dieu, l'Esprit-Saint qui nous comble, qui nous console et nous guide de façon particulière, dans nos familles et nos fraternités. C'est le Saint-Esprit qui remplit notre vie et sans lui nous serions sans vie. C'est grâce à lui que nous pouvons vivre notre vocation, notre vie de famille et de fraternité. Cherchons à être pleinement conscients de cette réalité et vivons: "la dignité et la liberté des enfants de Dieu, dans le cœur desquels demeure l'Esprit-Saint comme dans un temple." 


1. "Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde."


Voici la devise du prochain Chapitre Général et je profite de cette opportunité pour vous inviter à considérer ce que signifie pour nous d'être envoyés dans le monde.


Nous devons avoir une vision claire de notre identité. C'est plus important de savoir avec clarté qui nous sommes plutôt que ce que nous avons à faire. Notre identité c'est ce que Dieu veut que nous soyons. Si nous ignorons qui nous sommes, nous ne pourrons jamais savoir ce que nous devons faire et nous commettrions des erreurs même si nous sommes animés par toutes les bonnes intentions. 


"Il n'est pas bon que l'homme soit seul."  C'est justement le propre de notre identité le fait de vivre en communauté de divers types. "Aucun homme n'est une île" Et nous, franciscains séculiers, nous vivons dans notre famille, dans notre fraternité, dans nos réalités du travail et dans nos communautés paroissiales: une grande richesse et un grand trésor où Dieu nous a envoyé pour en faire l'expérience et pour célébrer et répandre son amour!


La vie en famille


La communauté la plus importante et qui a fondé la partie la plus importante de notre être et de notre identité, c'est notre famille. Nous avons vécu l'expérience de l'amour de notre père, qui est l'image de l'amour de notre Père Céleste, nous avons vécu l'expérience de l'amour de notre mère, qui est à l'image de l'amour de la Sainte Vierge, qui est la mère céleste de tous.


"De ce mariage, en fait, provient la famille dans laquelle naissent les nouveaux citoyens de la société humaine qui, par la grâce du Saint-Esprit, par le baptême, deviennent les enfants de Dieu et perpétuent son Peuple au travers des siècles. La famille peut ainsi être appelée Eglise domestique".

 
Nos familles, en tant qu'églises domestiques, doivent être le lieu de prière dans lequel nous pouvons transmettre la foi et l'amour que nous avons reçu et donc que nous devons partager avec nos enfants. C'est au travers de nos vie, au travers de l'exemple de notre vie spirituelle, de notre amour envers notre mari ou notre femme, de notre travail, de notre dévouement envers nos fraternités, envers les pauvres et les nécessiteux, dans l'engagement dans le social, que nous vivons notre identité d'enfants de Dieu et que nous partageons tous ces biens avec nos enfants. En les faisant grandir nous sommes des instruments de Dieu qui opère aussi en eux et ainsi nous perpétuons le peuple de Dieu.


Vie en Fraternité


Nos fraternités - en particulier les fraternités locales - sont le lieu où nous pouvons vivre notre vocation, où nous pouvons trouver la source de vie en accueillant, en vivant et en donnant l'amour de Dieu. Pour qu'elles deviennent de véritables fraternités cependant nous devons nous ouvrir et cela signifie partager notre vie avec nos frères et nos sœurs. Le but n'est pas de vivre une vie fraternelle agréable mais d'en vivre une qui soit vraie et honnête. Nous ne devrions pas avoir peur de nous exposer à l'autre et de partager avec lui nos trésors sans cacher nos faiblesses et nos défauts! Nous devons être si près les uns des autres que nos âmes puissent se toucher. Nous devons courir le risque d'être ouverts et d'affronter les conflits. Toutefois une vie fraternelle ouverte et sincère veut dire aussi d'être prêts à partager tout ce que nous avons. Une vie fraternelle et sincère veut dire d'être ouverts aux admonitions et aux corrections fraternelles. Rappelez-vous, mes chers frères et mes chères sœurs, que c'est par le biais de ces relations fraternelles qui se développent au sein de la fraternité que le Saint-Esprit opère. Nous devons courir le risque de nous blesser les uns les autres et aussi d'être blessés mais ces blessures nous aiderons à vivre la réconciliation. De fait il n'existe pas de réelle fraternité sans réconciliation. Comme des frères et des sœurs de la pénitence nous devons toujours vivre avec nos fragilités, avec nos blessures mais toujours prêts à demander et à donner le pardon. Il n'y a ni Pentecôte ni renouvellement en fraternité si nous nous refermons aux autres et limitons nos rapports à de petites réunions autour d'une tasse de thé.


Toutefois tout cela n'est pas seulement pour nous ni pour que nous nous sentions mieux mais plutôt pour que nous le portions dans le monde, peu importe que nous en soyons conscients ou non. Nous portons au monde ce que nous recevons et ce dont nous faisons l'expérience en fraternité. Il en est de notre grande responsabilité de comment l'Esprit-Saint peut rendre nos fraternités vivantes, avec cette vie que nous portons à l'extérieur et que nous rendons visible à notre prochain. Frères et sœurs, faisons de la place à l'Esprit-Saint de manière à ce qu'il secoue nos fraternités, qu'il leur donne un élan et renouvelle leurs vies! Dieu ne veut pas que nous soyons assis dans un lieu confortable mais Il veut que nous vivions une vie vivante qui porte des fruits.


Dans la communauté ecclésiale


L’Apôtre nous donne une admonition: "...ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit". Nous comprenons cette affirmation et il est vrai que le corps de chacun de nous est le temple du Saint-Esprit. Mais il est vrai aussi de considérer que nous, en tant que corps du Christ quand nous nous référons à l'Eglise, nous sommes aussi le temple de l'EspritSaint. Il en découle donc que nos communautés également sont le temple de l'Esprit-Saint. L'esprit trinitaire de Saint Paul peut nous amener à une nouvelle approche de notre rôle à l'intérieur de l'Eglise. Nous devons laisser que l'Esprit-Saint demeure en nous et qu'il demeure dans la communauté ecclésiale.


Nous devrons être ces pierres de l'Eglise qui sont prêtes à recevoir le Christ comme pierre angulaire et d'être aussi la demeure de l'Esprit-Saint. En particulier c'est notre devoir de franciscains séculiers de porter notre spiritualité à nos communautés paroissiales et à toutes les communautés ecclésiales et nous le ferons pleins de joie, avec l'humilité de nous mettre au service des autres, avec l'amour créatif et avec une attitude qui, dans chaque activité, respecte et protège la Création et avec l'intention d'orienter la vie des paroisses vers les plus pauvres et les plus nécessiteux à l'intérieur comme à l'extérieur de nos communautés.


Comme temple de l'Esprit-Saint nous devons remplir la vie de l'Eglise avec ce que nous pouvons donner: l'amour fraternel, le respect réciproque, l'attention à l'autre, la bonne nouvelle que nous sommes tous enfants de Dieu par la grâce du sacrement de baptême et que Dieu nous a constitué comme son peuple.


Dans la société


Chaque franciscain séculier est citoyen d'un pays déterminé. Chaque franciscain séculier vit dans une ville ou un village. Chaque franciscain séculier travaille (ou a travaillé) pour le bien de la société. Nous ne sommes pas des ermites mais nous sommes insérés par Dieu dans la communauté plus large de nos concitoyens. Il est de notre responsabilité, et pour partie de notre vocation, de nous efforcer à améliorer notre société, dans l'esprit de service et de faire de notre mieux pour "construire un monde plus fraternel et plus évangélique, afin qu'advienne le Règne de Dieu."


Nous devons chercher le bien de tous, en particulier au service des plus petits, des plus pauvres, des plus marginaux, à ceux qui n'ont pas l'essentiel pour vivre une vie digne d'êtres humains, indépendamment du fait que ces biens essentiels soient matériels ou spirituels. Nous devons prendre en charge le soin de la Création parce que, depuis le début des temps, l'Esprit Saint planait au dessus d'elle . Nous devons faire de notre mieux, chacun selon ses possibilités, pour créer un environnement spirituel et matériel qui réponde au projet initial de Dieu, en cherchant les meilleures solutions aux problèmes et aux défis que nous pouvons affronter tous les jours. Toutefois cela fait aussi partie de notre vocation de porter l'Esprit-Saint là où la liberté civile ou religieuse sont mal comprises et donc pratiquées de façon erronée. Nous devons aussi porter l'Esprit-Saint là où la culture n'est pas louange et fruit des talents, là où le savoir et la beauté ne sont pas pour le bien des gens, pour la sauvegarde de la Création et pour la protection de la vie mais, au contraire, sont appelées "culture" ces choses qui nuisent à la dignité, qui égarent les ignorants et les analphabètes, qui profitent des ressources humaines et naturelles et qui font l'éloge de l'expérience immédiate, du bonheur de l'instant, à toutes ces choses qui tirent vers le bas au lieu de rechercher le chemin qui conduit vers le haut, vers Dieu.


2. Comment gérer un ordre


En novembre à Rome, nous conclurons le thème qui a été ouvert à discussion dans tout l'Ordre, dans le monde entier, pendant le Chapitre Général électif de 2014 à Assise: "Comment gérer un Ordre International tel que l'OFS?"


Qu'est-ce que l'Ordre, qui est l'Ordre? Nous sommes l'Ordre, nous tous, frères et sœurs répandus dans le monde entier, nous qui voulons vivre l'Evangile en suivant l'exemple de Saint François. L'Ordre Franciscain séculier n'est pas seulement la Présidence, n'est pas seulement la Conseil International mais "l'union organique de toutes les fraternités catholiques répandues dans le monde".


C'est notre tâche commune d'apprendre comment on peut animer et guider cette grande union formée par nos fraternités qui n'est pas seulement une famille spirituelle mais qui est aussi la réalité de ce type d'organisation. C'est pourquoi la gestion de l'Ordre ne concerne pas seulement le Conseil International ou la Présidence CIOFS. La gestion doit être une gestion commune à tous les niveaux.


Nous devons apprendre de Dieu et des autres comment traiter non seulement les choses du "ciel", comme la vie de prière, la vie sacramentelle, les dévotions, mais aussi traiter des choses de la "terre" comme l'organisation des rencontres, donner une formation adéquate, améliorer les communications. Aucune de ces parties ne peut se vivre sans les autres. Nous avons des expériences, des talents, des habitudes différentes. Ce sera le moment de les partager et nous enseigner réciproquement de comment apprendre les uns des autres. Nous devons nous rappeler que tous et chacun de nous sera l'instrument de Dieu en ce qui concerne les autres. C'est pourquoi je demande à chacun de vous de lire avec attention l’Instrumentum Laboris et d'en discuter dans les divers conseils et les fraternités de façon à ce que ceux qui participeront au Chapitre Général puissent enrichir l'expérience commune et aider l'Ordre dans son entier à identifier le projet de Dieu pour le prochain triennat.


Saint François a affirmé que le Ministre Général de l'Ordre c'est l'Esprit-Saint 14. C'est toujours très important de nous le rappeler mais surtout aujourd'hui que nous allons vivre le 15° Chapitre Général de l'Ordre Franciscain Séculier. Nous allons nous rencontrer pour renforcer notre identité, pour célébrer la diversité et pour construire l'unité à l'intérieur de la Fraternité Internationale de l'Ordre Franciscain Séculier. Voilà notre mandat et en Novembre à Rome nous devrons travailler sur cet engagement, mais nous devrons le faire aussi après être retourné dans nos fraternités locales. Tout ce que nous devons faire ne pourra être terminé à la fin du Chapitre Général mais plutôt il sera le commencement du travail de tous. Nous devrons retourner à nos fraternités locales et partager le don de Dieu et le fruit de notre travail de sorte que TOUS les niveaux de l'Ordre et chacun des frères et sœurs soient remplis de l'Esprit-Saint et puissent vivre de façon plus authentique la vie du franciscain séculier, de sorte que TOUS les Conseils aux différents niveaux puissent mieux réaliser le service d'animation et de guide. Ce n'est pas un but en soi mais pour que nous puissions mieux vivre notre vocation et porter au monde le Christ, le Seigneur ressuscité.


L'année prochaine nous célèbrerons le 40ème anniversaire de la nouvelle Règle de l'Ordre Franciscain Séculier. Paul VI a promulgué cette Règle le 24 juin 1978. Nous devons nous souvenir que celle-ci est un don. C'est un don gratuit de Dieu et un don gratuit de l'Eglise. Nous devons être reconnaissants pour ce don et en prendre soin comme d'un trésor. Mais en prendre soin comme d'un trésor ne veut pas dire l'enfermer dans un coffre-fort mais tout le contraire! Nous devons le transformer en quelque chose de vivant. Je redis les paroles du Pape St Jean-Paul II: "Etudiez, aimez, vivez la Règle de l'Ordre franciscain séculier car ses valeurs sont vraiment évangéliques." Lire et étudier avec fréquence les documents de base doit faire partie et de la formation et de notre vie, notre pain quotidien.


3. "... comblé chaque jour des grâces consolantes de l'Esprit-Saint "

 
Que veut donc dire être comblé des grâces consolantes de l'Esprit-Saint? Rendons-nous compte réellement de combien nous ne pouvons pas vivre sans Lui? Nous avons besoin de Lui pour ne pas avoir peur quand la tempête s'approche et que notre barque est en péril et pour invoquer le Seigneur au lieu d'être terrifiés17. Mais nous avons aussi besoin de l'Esprit-Saint pour sauter du bateau, pour lâcher nos sécurités, pour lâcher notre environnement sûr et bien connu et faire ce que de prime abord nous n'aurions même pas pu imaginer, commencer à marcher sur les eaux18. Les miracles n'arrivent pas quand nous sommes assis dans la barque mais quand nous en sortons. 


Mes chères sœurs et mes chers frères nous avons besoin d'être comblés de l'Esprit-Saint, de cet Esprit que Jésus a donné a ses disciples quand ils étaient réunis. De cet Esprit qui a comblé les disciples quand ils étaient ensemble avec la foule et proclamaient la bonne nouvelle. De cet Esprit qui a formé l'Eglise en partant d'un groupe de personnes fragiles et ignorantes. De cet Esprit qui de la même façon fait de nous ce que nous appelons "fraternité" et fait de nous un Ordre. Ouvrons-nous à l'Esprit-Saint de façon que Lui puisse nous combler et faire de nous une véritable fraternité! Laissons que Lui-même comble aussi notre assemblée quand nous célèbrerons notre Chapitre Général!


Je veux terminer ma lettre par un point personnel. Croyez-moi, j'ai la sensation très forte que nous avons besoin que l'Esprit-Saint me comble de sa sagesse et de l'amour de Dieu, de façon que je puisse mieux accomplir mes tâches; J'ai besoin que l'Esprit-Saint me guide et me comble de sa puissance qui donne la vie et de sa force. J'ai besoin de l'Esprit-Saint, le véritable Ministre Général, pour me fortifier dans les moments difficiles et me tenir prudent quand j'oublie prudence et attention.


Et pour finir, frères et sœurs, j'ai besoin de vos prières et je vous demande donc de prier pour moi mais aussi pour tout l'Ordre Franciscain Séculier de façon que l'Esprit-Saint puisse renouveler notre vie et notre service.


Viens, Esprit-Saint, viens! Comble-nous chaque jour avec tes grâces consolantes!


Votre ministre et frère


Tibor Kauser

Ministre Géneral CIOFS