Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

Ordo Franciscanus Saecularis
Consilium Internationale
COMMISSION FAMILLE

Silvia Diana  OFS

 

 


LES CONCLUSIONS DU SYNODE SUR LA FAMILLE, OCTOBRE 2015
Chapitre IV

PDF

Ce chapitre IV nous présente “la famille, l'affectivité et la vie” ; nous continuons à intégrer la richesse de l'Exhortation Apostolique Amoris Lætitia (AL) et à la partager dans nos réalités locales, en réfléchissant sur le beau trésor qu’est la famille. Nous proposons des questions pour aider au partager et donc aussi la lecture de quelques articles des documents cités dans le texte. 

Pour le partage en fraternité :


1. L’importance de la vie affective
QUESTIONS :

      1) Qu’en est-il du dialogue dans notre vie matrimoniale ?

      2) Quels en sont les points de force et de faiblesse ?

      3) Quels aspects sont nécessaires ou favorables pour mieux vivre, s’exprimer et communiquer entre nous, afin de mûrir dans l'amour réciproque d’époux? 

30. […] Le défi pour l’Église, c’est d’aider les couples pour faire mûrir la dimension émotionnelle et grandir la dimension affective en encourageant le dialogue, la vertu et la confiance en l’amour miséricordieux de Dieu. Le dévouement total requis par le mariage chrétien est un puissant antidote contre la tentation d’une existence individuelle repliée sur soi-même.
Le dialogue est une manière privilegié et indispensable de vivre, d’exprimer et de faire mûrir l’amour, dans la vie matrimoniale et familiale. […] ( AL 136 )
Se donner du temps, du temps de qualité, qui consiste à écouter avec patience et attention, jusqu’à ce que l’autre ait exprimé tout ce qu’il a sur le cœur […] ( AL 137 ) .
[…] L’amour surpasse les pires barrières. […] ( AL 140 )

2. La formation au don de soi
QUESTIONS : Comme parents :

      1) Est-ce que nous assumons de manière responsable et comme une mission brûlante et passionnante reçue de Dieu, l'éducation intégrale des enfants, pour les aider dans leur croissance humaine, affective, morale et spirituelle ?

31. Le style des relations familiales a une incidence primordiale sur la formation affective des jeunes générations. La rapidité avec laquelle s’accomplissent les mutations de la société contemporaine rend plus difficile l’accompagnement de la personne pour qu’elles mûrissent dans la formation de leur affectivité. Cela exige aussi une action pastorale appropriée, riche d’une connaissance approfondie de l’Écriture et de la doctrine catholique, et dotée d’instruments éducatifs adéquats. Une connaissance opportune de la psychologie de la famille constituera une aide pour que la vision chrétienne soit transmise de façon efficace : il faudra que cet effort éducatif débute avec la catéchèse de l’initiation chrétienne. Cette formation aura soin de mettre en valeur la vertu de chasteté, conçue comme intégration des sentiments, qui favorise le don de soi.
En outre, cette formation doit se réaliser de façon inductive, de telle manière que l’enfant puisse arriver à découvrir par lui - même la portée de certaines valeurs, principes et normes, au lieu de se les voir imposées comme des vérités irréfutables. […] ( AL264 ) .

3. Fragilité et immaturité
QUESTIONS :

      1) Nous engageons-nous de manière responsable, comme une mission confiée par Dieu, à aider nos enfants dans leur maturation humaine, affective, morale et spirituelle, dans la fragilité de leur développement et de leur croissance ?

      2) Quels aspects de la culture actuelle et du style de vie des adolescents et des jeunes d'aujourd'hui créent-ils des difficultés dans l’éducation chrétienne centrée sur l'amour ?

      3) Que pouvons-nous faire en tant qu’adultes, pour éduquer et aider les nouvelles générations dans le mûrissement de leur sexualité ?  

32. Dans le monde actuel, les tendances culturelles qui visent à imposer une sexualité sans limites, dont on veut explorer toutes les facettes, même les plus complexes, ne manquent pas. La question de la fragilité affective est d’une grande actualité : une affectivité narcissique, instable et changeante, n’aide pas la personne à gagner en maturité. Il faut dénoncer avec fermeté la grande diffusion de la
pornographie et de la commercialisation du corps, favorisée notamment par un mauvais usage d’internet, ainsi que la prostitution forcée et son exploitation. […] Le Conci le Vatican II envisageait la nécessité « d’une éducation sexuelle à la fois positive et prudente au fur et à mesure [que les enfants et les adolescents] grandissent » et « en tenant compte du progrès des sciences psychologique, pédagogique et didactique » ( AL280)

4. Technique et procréation humaine
QUESTIONS:

      1- La paternité ou la maternité sont-ils un don de Dieu ou un droit de la personne humaine ?

      2- Les nouvelles technologies qui permettent la procréation et la fécondité bien au-delà des limites naturelles, dans quelle mesure peuvent-elles donner un droit à être père ou mère sans limites, ou s’agit-il là d’un don de Dieu ?

      3- Peut-on être père ou mère à tout prix et sans aucune limite, seulement parce que la science le permet ?

      4- La position des Évêques est : "tout ce qu i est scientifiquement possible n'est pas scientifiquement permis" . Quelle est ta position ? 

33. La révolution biotechnologique dans le domaine de la procréation humaine a introduit la possibilité de manipuler l’acte d’engendrer, en le rendant indépendant de la relation sexuelle entre un homme et une femme. De la sorte, la vie humaine et la parentalité sont devenus des réalités qu’il est possible de faire ou de défaire, principalement sujettes aux désirs des individus ou des couples, qui ne sont pas nécessairement hétérosexuels ou mariés. Ce phénomène s’est présenté ces dernières années comme une nouveauté absolue sur la scène de l’humanité et se diffuse de plus en plus. Tout cela a de profondes répercussions sur la dynamique des relations, sur la structure de la vie sociale et sur les normes juridiques, qui interviennent pour tenter de réglementer des pratiques déjà existantes et des situations différenciées. Dans ce contexte, l’Église ressent la nécessité de dire une parole de vérité et d’espérance […]
La famille est le lieu non seulement de la procréation mais aussi celui de l’accueil de la vie qui arrive comme don de Dieu […] (AL166)

5. Les défis pour la pastorale
QUESTIONS :

      1- Sans avoir renoncé à l’idéal chrétien du mariage et de la famille, quels gestes de miséricorde et de proximité pastorale avons-nous faits comme Eglise et personnellement envers les nouvelles réalités “familiales” ?

      2- Que devrions-nous faire encore? 

34. […] Dans la formation à la vie conjugale et familiale, l’approche pastorale tiendra compte de la pluralité des situations concrètes. Si, d’une part, il faut encourager des parcours qui garantissent la formation des jeunes au mariage, de l’autre, il faut accompagner ceux qui vivent seuls ou qui ne forment pas de nouveau noyau familial, en restant souvent liés à leur famille d’origine. Les couples qui ne peuvent pas avoir d’enfants doivent aussi faire l’objet d’une attention pastorale particulière de la part de l’Église, pour les aider à découvrir le dessein de Dieu sur leur situation, au service de toute la communauté. Tous ont besoin d’un regard de compréhension, en tenant compte que les situations de distance par rapport à la vie ecclésiale ne sont pas toujours voulues, mais sont souvent induites et parfois même subies. Dans l’optique de la foi, personne n’est exclu : tous sont aimés de Dieu et sont au centre de l’action pastorale de l’Église.
Dans son annonce et le témoignage qu’elle donne face au monde, rien ne peut être privé de miséricorde (AL 310).
[…] et nous situe plutôt dans le contexte d’un discernement pastoral empreint d ’amour miséricordieux , qui tend toujours à comprendre , à pardonner, à accompagner, à attendre, et surtout à intégrer. (AL 312).

QUESTIONS COMPLEMENTAIRES 

      1- La famille est un patrimoine de l’humanité, un sanctuaire de la vie, un trésor. Pour lequel de ces aspects avons-nous expérimenté et témoigné que ces affirmations sur cette réalité familiale si riche et si simple à la fois, sont certaines ?

      2- Indique des mots tels que, par exemple, intégrer, s’engager, accepter, accompagner, etc. (offrir de l'espérance, du temps, la patience). Quels autres mots seraient utiles pour l'une ou l’autre des situations décrites précédemment, en considérant que l'Église cherche à développer des moyens pour devenir plus inclusive?

      3- Comment notre charisme nous aide-t-il à appréhender et à mûrir dans cette "pédagogie de l’amour que sont le mariage et la famille" ?  

Documents : http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa francesco_esortazione - ap_20160319_amoris - laetitia.html http://www.vatican.va/roman_curia/synod/documents/rc_synod_doc_20151026_re lazione - finale - xiv - assemblea_fr.html
Nous concluons la rencontre en priant ensemble la Prière à la Sainte Famille

Octobre 2016