Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

Ordo Franciscanus Saecularis
Consilium Internationale
COMMISSIONE FAMIGLIA
Silvia Diana OFS
Traduction: Michèle Altmeyer OFS

 

PDF

Introduction au travail sur la Relation finale du Synode des Evêques au Pape François

Nous franciscains séculiers et jeunes de la JeFra, nous commençons ensemble aujourd'hui un parcours, nous partagerons nos réflexions sur la Relation finale du Synode des Evêques au Pape François en date du 24 octobre 2015, LA XIV ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE, "La vocation et la mission de la famille dans l'Église et dans le monde contemporain." Notre objectif est de connaître et d'approfondir ce document qui est un don pour toute l'Église. Nous partagerons sur notre page web ces publications bimestrielles, élaborées par la Commission Famille pour tous les frères et soeurs de l'OFS et de la JeFra, nous espérons qu'elles serviront à notre formation et qu'elles fortifieront l’engagement pris au Chapitre Général de 2014, qui nous recommanda fortement la promotion et le renforcement de la vie des franciscains en famille.

La famille fut un thème significatif de ce Chapitre. Nous tâcherons d’animer la réflexion sur ce document que vous pouvez trouver sur :

http://www.vatican.va/roman_curia/synod/documents/rc_synod_doc_20151026_relazione-finale-xiv-assemblea_fr.html

Nous commencerons notre travail en partageant une petite information sur ce qu’est un synode.
Synode vient du grec "synodos", assemblée. Terme général qui désigne les réunions ecclésiastiques sous l'autorité hiérarchique, pour discuter et décider de sujets inhérents à la foi, la morale et la discipline. Il correspond au mot latin "concilium". Le mot synodus apparaît probablement pour la première fois dans les dénommés "Canons Apostoliques", tandis que le mot concile fut utilisé avec la signification que Tertullien lui avait donné plus d'un siècle auparavant. Par conséquent, les termes synode et concile sont synonymes.
Pendant que l'assemblée ordinaire était en plein développement, le Pape François nous a dit : commémorer le cinquantième anniversaire de l'institution du Synode des Évêques est pour nous tous un motif de joie, de louange et d’action de grâce au Seigneur. Du Concile Vatican II à l'actuelle Assemblée, nous avons expérimenté de manière toujours plus intense la nécessité et la beauté de "marcher ensemble"

PREMIER LIVRET DE TRAVAIL :
Introduction aux articles 1 - 2 - 3


Nous vous proposons de lire chaque article puis de partager ces réflexions et questions en fraternité ...
Dans l'article 1, les Pères Synodaux remercient pour la réflexion sur la vocation et la mission de la famille avec le Pape et sous sa conduite. Ils ont constamment eu présentes à l’esprit les familles du monde, avec leurs joies et leurs espoirs, leurs tristesses et leurs douleurs. Ils ont remercié le Seigneur pour la généreuse fidélité avec laquelle tant de familles chrétiennes répondent à leur vocation et à leur mission, même devant les obstacles, les incompréhensions et les souffrances.

L'objectif de la vie conjugale n’est pas seulement de vivre ensemble, mais aussi de s’aimer pour toujours. Comment pouvons-nous accompagner en Fraternité l'amour des franciscains séculiers mariés ?

L'article 2 commence par ces mots : “Lieu intime de joies et d’épreuves, la famille est fondamentale et constitue la première « école d’humanité » (cf. GS, 52).”
Dans le Document d’Aparecida les Evêques Latino-américains nous disent : “Vu que la famille est la valeur la plus chère à nos peuples, nous croyons qu’il faut s’en préoccuper comme de l’un des axes transversaux de toute l’action évangélisatrice de l’Église. Dans chaque diocèse, il est nécessaire qu’il y ait une pastorale familiale “intense et vigoureuse”, pour proclamer l’évangile de la famille, promouvoir la culture de la vie et travailler pour que les droits des familles soient reconnus et respectés”. (435)

Comment pouvons-nous accompagner nos familles pour qu’elles se redécouvrent comme sujet indispensable pour l'évangélisation?

Dans l'article 3 nos Evêques nous disent :
“Notre dialogue et notre réflexion ont été inspirés par une triple attitude : :
 l’écoute de la réalité de la famille aujourd’hui, dans la perspective de la foi, avec la complexité de ses lumières et de ses ombres ;
 le regard, tourné vers le Christ, pour repenser avec une fraîcheur renouvelée et avec enthousiasme la révélation, transmise dans la foi de l’Église ;
 le débat dans l’Esprit Saint pour discerner les voies par lesquelles il est possible de rénover l’Église et la société dans leur engagement en faveur de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme.”.

Dieu nous engage à veiller sur nos familles, nous avons une mission, le Pape François nous invite à travailler ensemble pour cultiver les petits gestes : “La foi ouvre la ‘‘fenêtre’’ à la présence agissante de l’Esprit et nous montre que, comme le bonheur, la sainteté est toujours liée aux petits gestes. « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ - dit Jésus, petit geste -, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense » (Mc 9, 41). Ce sont de petits gestes qu’on apprend à la maison ; des gestes familiers qui se perdent dans l’anonymat de la vie quotidienne mais qui rendent chaque journée différente. Ce sont des gestes de mère, de grand-mère, de père, de grand-père, d’enfant, de frères. Ce sont des gestes de tendresse, d’affection et de compassion. Ce sont les gestes du repas chaud pour celui attend le souper, du petit déjeuner apprêté de bonne heure par qui sait tenir compagnie tôt le matin. Ce sont des gestes du foyer. C’est la bénédiction avant d’aller dormir et l’accolade au retour à la maison après une longue journée de travail. L’amour se manifeste par de petites choses, par la moindre attention au quotidien qui fait que la vie a toujours une saveur de foyer. La foi grandit lorsqu’elle est vécue et elle est forgée par l’amour. Voilà pourquoi nos familles, nos maisons, sont de vraies Eglises domestiques. Elles sont le lieu approprié où la foi se fait vie et où la vie grandit en devenant foi. Jésus nous invite à ne pas empêcher ces petits miracles. Au contraire, il veut que nous les suscitions, que nous les fassions grandir, que nous vivions la vie telle qu’elle se présente à nous, en aidant à éveiller tous ces petits gestes d’amour, signes de sa présence vivante et agissante dans notre monde. (PHILADELPHIE, 27 sept. 2015, Pape François, homélie de la Messe de clôture de la Rencontre Mondiale des Familles)

Comment pouvons-nous nous réapproprier ces petits gestes ?
Comment pouvons-nous répondre aux problématiques actuelles de la famille et reprendre conscience de notre identité missionnaire ?

Nous concluons la rencontre en priant ensemble :

Prière à la Sainte Famille

Jésus, Marie et Joseph
en vous nous contemplons la splendeur de l’amour véritable,
à vous nous nous adressons avec confiance.
Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles des lieux de communion et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l’Évangile et des petites Églises domestiques.
Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles on fasse l’expérience de la violence,
de la fermeture et de la division:
que quiconque a été blessé ou scandalisé connaisse rapidement consolation et guérison.
Sainte Famille de Nazareth,
que le prochain Synode des Évêques puisse réveiller en tous la conscience du caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu.
Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière. 

Amen.

Janvier 2016.