Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register


K O I N Ō N I A
  _ ...Ensemble en Chemin
CONFERENCE DES ASSISTANTS SPIRITUELS GENERAUX OFS-JEFRA

 

 

2020 - 1                                 27° année                                               N. 105

DOC     PDF

 

FRANCISCAINS SÉCULIERS EN TEMPS DE GRANDS CHANGEMENTS

 

LA RÈGLE OFS COMME RÉPONSE
Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCAP.

Introduction


Le père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison Pontificale, dit dans une de ses réflexions que si, par un miracle quelconque, la Bible entière devait être concentrée pour prononcer un seul mot, tout ce qu’elle dirait serait « Dieu t’aime »1. L’Ecriture Sainte concerne l’amour de Dieu. Jésus-Christ, par son incarnation, vie, passion, mort et résurrection, est la preuve suprême et l’alliance éternelle de cet amour. L’Église est fondée pour être un moyen et un instrument, « une sorte de sacrement » 2 pour dire au monde cet amour jusqu’à la fin des temps. Dans cette lumière, l’évangélisation raconte au monde l’amour de Dieu rendu visible en Jésus Christ. Cependant, comment peut-on le faire « dans un langage intelligible à chaque génération » 3? Tel est le défi de l’inculturation. C’est le défi d’actualisation, « l’aggiornamento », que l’Eglise universelle a décidé de relever avec foi et courage depuis Vatican II. À mesure que les temps et les cultures changent, nous devons aussi actualiser et adapter notre language et nos méthodes pour assurer une évangélisation efficace.

« Nous sommes heureux que le charisme franciscain soit aujourd’hui encore une force pour le bien de l’Eglise et de la communauté humaine, malgré l’infiltration de doctrines et de tendances qui éloignent les hommes de Dieu et du surnaturel »4, affirmait le Pape Saint Paul VI. Dans les quatre numéros de Koinonia de cette année 2020, nous avons choisi le thème principal ci-dessus : « Franciscains séculiers en temps de grands changements ». Dans ce premier numéro, Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap. réfléchit sur « La Règle OFS comme une réponse en temps de grands changements ». Dans les numéros suivants, nous nous arrêterons sur « Le franciscain séculier et l’immigrant » (P. Pedro Zitha, OFM); « L’écologie intégrale : la réponse du franciscain séculier » (P. Claudio Hernán, TOR); et, enfin, « L’économie franciscaine pour les laïcs » (P. Alfred Parambakathu, OFMConv.).

 

1. Saint François et les changements de son temps : réconcilier l’Évangile et l’histoire

« L’expérience évangélique de François, écrit Eloi Leclerc, n’est pas un simple épisode de l’histoire du christianisme. Elle a une valeur exemplaire et prophétique. » 5 François d’Assise a vécu à une époque de grands changements socio-politiques et économiques. Les sociétés européennes passaient des systèmes féodaux aux villes communales. L’économie financière fondée sur le libre-échange prenait le dessus sur la propriété foncière. De nouvelles associations d’intérêt commun ébranlaient l’équilibre social traditionnel des relations. Il y avait une grande mobilité des personnes, une réalité qui défiait sérieusement l’Eglise qui, depuis longtemps, avait trouvé son équilibre sur le modèle monastique des « stabilitas loci ». C’était une période de crise et d’attente. Qu’a donc fait François pour devenir un tel modèle de témoignage évangélique transcendant les temps et les cultures ? Eloi Leclerc décrit trois traits de François que nous examinerons ci-après. D’abord, la riche nature humaine de François. Deuxièmement, le souffle de l’Évangile et, troisièmement, la complicité de François avec le mouvement de l’histoire6.

La riche nature humaine de François : toutes les biographies témoignent de la riche personnalité de François avant même sa conversion, de sa passion pour la vie et la beauté et de son amour pour sa ville qui le mènerait à combattre dans la guerre contre Perouse. Cela a abouti à son expérience en tant que prisonnier. Son ambition pour la grandeur sociale l’a envoyé sur les routes des Pouilles pour une expédition de guerre. Sa capacité dans les affaires était telle qu’il pouvait vendre à la fois tissu et cheval sans aucune difficulté. Sa joie et sa passion pour la vie, les fêtes et la poésie lui ont valu le titre de « roi de la jeunesse » dans sa ville. Sa sensibilité aux besoins des autres le rendit généreux à tort, bien que la peur des lépreux l’éloignât de ce groupe particulier. Il a surmonté cette peur malgré lui, par le service miséricordieux aux lépreux, et cela pour lui était un don de grâce comme il le raconte dans son testament. Son expérience de la fragilité de la maladie avant la conversion et à la fin de sa vie fut également une expérience enrichissante. Il pouvait parler aux malades du fond de leur misère qu’il partageait. François incarne en lui la vie et les aspirations de ses contemporains. Il ne faisait qu’un avec eux; il parlait leur langue et partageait leurs joies, leurs souffrances et leurs rêves. Les paroles de saint Augustin se sont réalisées pour François d’une manière frappante lorsqu’il dit de Dieu : «Nos coeurs sont faits pour Toi et ils sont sans repos jusqu’à ce qu’ils reposent en Toi».

Le souffle de l’Evangile : L’Evangile a en lui le pouvoir de renouveler l’Eglise et d’apporter une nouvelle vie au monde. Elle peut redonner vie aux ossements secs (cf. Ez 37). Comme un fleuve qui jaillit du Christ, l’Évangile apporte une vie abondante au monde des hommes et des cultures : «Lorsqu'il parvient à la mer, il en renouvelle l'eau, qui devient saine. Des êtres de toute espèce se mettront à grouiller et les poissons se multiplieront partout où le torrent arrivera» (Ez 47, 8-9). François et le mouvement suscité par lui en sont la preuve, confirmant ainsi la promesse du Christ Jésus qui dit : «Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en plénitude» (Jn10, 10). Inspiré spécifiquement par l’Evangile de l’envoi des apôtres (Mt. 10, 1-10), François discerne pour lui-même et pour ses disciples la mission spécifique de vivre l’Evangile dans sa pure simplicité et de porter l’Evangile de la paix aux gens de son temps où ils étaient, sur les routes, sur les places ou les champs de bataille. Eloi Leclerc le dit très bien quand il dit : «Le monde est un champ de luttes. Le messager de l’Evangile ne doit pas apparaitre comme un rival ou un concurrent dans la course à la richesse et au pouvoir. » 7 Le choix radical de la pauvreté a rendu François et ses disciples particulièrement inoffensifs.

La flamme de l’Evangile était si forte en François que, lorsqu’il ne pouvait plus voyager en raison de sa mauvaise santé, il se mit à écrire et se montra si audacieux au point d’adresser une lettre à l’humanité. Il ouvre la Lettre aux fidèles en ces termes : « Frère François, leur serviteur et sujet, envoie l’estime et le respect, la vraie paix du ciel et l’amour sincère dans le Seigneur à tous les religieux chrétiens : clergé et laïcs, hommes et femmes, et à tous ceux qui vivent dans le monde entier. Parce que je suis le serviteur de tous, je suis obligé de servir tous et de leur administrer les paroles odorantes de mon Seigneur.» 8 Cette lettre est la base de toutes les Règles du Troisième Ordre au cours des siècles. Il a apporté le souffle de l’Évangile au peuple par tous les moyens dont il disposait. La conversion au Christ et à l’Evangile a plutôt aiguisé les qualités humaines de François et ouvert les horizons de son monde. Et c’est ainsi que ça doit être.

La complicité de François avec le mouvement de l’histoire : « Le salut que Dieu nous offre est une invitation à faire partie d’une histoire d’amour entrelacée avec nos histoires personnelles ; elle est vivante et veut naître au milieu de nous afin que nous puissions porter du fruit tel que nous sommes, où que nous soyons et avec tous ceux qui nous entourent. » 9 Eloi Leclerc observe qu’il y a des moments où une ascèse excessive et une vie spirituelle intense atténuent la sensibilité et rendent les personnes plus ou moins étrangères à la réalité visible et tangible. Cela n’est pas venu à l’esprit de François. Celui-ci a utilisé les mouvements de l’histoire pour arriver à ses objectifs de la même façon qu’un bon surfeur utiliserait les vagues de l’océan. C’est certainement ainsi que la vie chrétienne est censée être. Quand on atteint un tel degré de foi, alors il n’y a plus de place pour les lamentations. Chaque expérience devient une occasion d’annoncer l’Evangile et une invitation à se joindre à la création dans la danse de la louange à Dieu très-haut et glorieux. La docilité à l’Esprit Saint et l’attention à l’évolution des temps, tout en demeurant soumis à l’autorité ecclésiastique, ont marqué le mouvement franciscain depuis le début jusqu’à nos jours. Une de ses dernières recommandations exprime clairement ce fait : «J’ai fait ma part ; que le Christ vous enseigne ce qui est à vous». C’est certainement la raison principale de la diversité et de la créativité dynamique typiques de tous les groupes franciscains, y compris l’OFS.

2. Les grands changements du monde d’aujourd’hui

L’épitre aux Hébreux, en parlant de Jésus, dit que « Le Fils reflète la splendeur de la gloire divine, il est la représentation exacte de ce que Dieu est, il soutient l'univers par sa parole puissante» (Hb 1, 3). L’Evangile soutient toutes choses et sans l’Evangile, le monde tombe dans le vide, dans le chaos. Les temps peuvent changer, mais la Parole de Dieu demeure pour toujours. Le Concile du Vatican II reconnaît d’importantes mutations typiques de ces temps dans le passage suivant :

“ Le genre humain vit aujourd’hui un âge nouveau de son histoire, caractérisé par des changements profonds et rapides qui s’étendent peu à peu à l’ensemble du globe. Provoqués par l’homme, par son intelligence et son activité créatrice, ils rejaillissent sur l’homme lui-même, sur ses jugements, sur ses désirs, individuels et collectifs, sur ses manières de penser et d’agir, tant à l’égard des choses qu’à l’égard de ses semblables. À tel point que l’on peut déjà parler d’une véritable métamorphose sociale et culturelle dont les effets se répercutent jusque sur la vie religieuse.”10.

Ces changements profonds et rapides sont à l’origine des graves difficultés, comme cela se produit en cas de toute crise. Les Pères du conseil sont allés plus loin pour énumérer les principales difficultés :

- Jamais le genre humain n’a regorgé de tant de richesses, de tant de possibilités, d’une telle puissance économique, et pourtant une part considérable des habitants du globe sont encore tourmentés par la faim et la misère, et des multitudes d’êtres humains ne savent ni lire ni écrire.
- Jamais les hommes n’ont eu comme aujourd’hui un sens aussi vif de la liberté, mais, au même moment, surgissent de nouvelles formes d’asservissement social et psychique.
- Alors que le monde prend une conscience si forte de son unité, de la dépendance réciproque de tous dans une nécessaire solidarité, le voici violemment écartelé par l’opposition de forces qui se combattent.
- D’âpres dissensions politiques, sociales, économiques, raciales et idéologiques persistent encore, et le danger demeure d’une guerre capable de tout anéantir. L’échange des idées s’accroît ; mais les mots mêmes qui servent à exprimer des concepts de grande importance revêtent des acceptions fort différentes suivant la diversité des idéologies.
- Enfin, on recherche avec soin une organisation temporelle plus parfaite, sans que ce progrès s’accompagne d’un égal essor spirituel.
- Marqués par une situation si complexe, un très grand nombre de nos contemporains ont beaucoup de mal à discerner les valeurs permanentes ; en même temps, ils ne savent comment les harmoniser avec les découvertes récentes.11

Aujourd’hui, plus de cinquante ans après la fin du Concile, cette analyse des Pères conciliaires n’a rien perdu de sa fraîcheur et de son actualité. C’est avec une conscience si profonde des réalités changeantes que l’Eglise a offert la Règle actuelle de l’OFS à la Famille franciscaine en général et à l’OFS en particulier comme une voie de sanctification et une réponse valable pour le monde d’aujourd’hui.

3. La Règle comme réponse

“Le seul acte par lequel un être humain peut correspondre à Dieu qui se révèle est l’acte de disponibilité illimitée. C’est l’unité de la foi, de l’espérance et de l’amour.”12

L’explosion du COVID-19 a pris le monde au dépourvu et va vraisemblablement provoquer des changements imprévisibles dans le monde. En 2007, Nassim Nicholas Taleb, un universitaire libano-américain, statisticien et ancien négociant en options et analyste des risques, a publié un livre intitulé « Le Cygne Noir, l’impact du très improbable. » 13 Selon l’auteur, les plus grands changements dans la vie des individus et des collectivités commencent toujours par des événements hautement improbables et imprévisibles. C’est ce qu’on appelle Cygne Noir. La rencontre de saint François avec le lépreux, par exemple, était un Cygne Noir. COVID-19 est un Cygne Noir à impact global. De tels phénomènes n’ont pas de place pour des réponses stéréotypées, parce qu’ils n’étaient pas prévisibles. Nous ne pouvons ni renverser la situation ni la changer, des gens sont morts, des gens meurent et la contagion continue de se propager. Cependant, nous pouvons changer, en fait, des villes et des nations entières sont bloquées depuis deux ou quatre semaines. C’est du changement. Mais le changement auquel cette situation nous oblige est plus profond, c’est une conversion.

Comment la Règle OFS peut-elle aider les Franciscains séculiers dans une telle situation ? Nous sommes appelés à la perfection de la charité, à l’amour de Dieu par-dessus tout et à l’amour du prochain comme le Christ nous a aimés. Nous ne devrions jamais perdre de vue cela, parce que la Règle elle-même est un chemin vers cela et non une fin. La conversion nous maintient sur le droit chemin. Les temps changent, mais l’appel à la sainteté demeure et la Règle sera toujours utile à tous. Maintenant, par exemple, est le temps propice pour renouveler notre vie personnelle et fraternelle, conformément à la Règle que nous avons professée comme frères et soeurs de pénitence. La Règle dit : «Il conformeront leur façon de penser et d’agir à celle du Christ par ce changement intérieur radical que l’Évangile appelle la ‘conversion’. Celle-ci en raison de la fragilité humaine, est à reprendre tous les jours. » 14 Saint Paul dit « Je pourrais distribuer tous mes biens aux affamés et même livrer mon corps aux flammes, si je n'ai pas d'amour, cela ne me sert à rien. » (1Cor 13, 3). La charité est toujours créative.

En ces temps où les célébrations communautaires ne sont mêmes pas possibles pour beaucoup, notre amour de Dieu et du prochain devrait être encore plus créatif dans nos formes de prière, de communication et d’activité. Les Constitutions générales de l’OFS offrent quelques lignes directrices à cet effet : « Les moyens pour cultiver ce point caractéristique de la vocation franciscaine, seul et en Fraternité, sont : l’écoute et la célébration de la Parole de Dieu, la révision de vie, les retraites spirituelles, l’aide d’un conseiller spirituel et les célébrations pénitentielles. … Les fruits de la conversion, réponse à l’amour de Dieu, sont les actes de charité dans les rapports avec les frères. » 15 L’expérience actuelle de l’isolement est nouvelle pour beaucoup. L’incertitude continue de planer au fur et à mesure que la pandémie se poursuit à travers le monde. Une chose est sûre, Dieu est avec nous, comme il est descendu dans la fournaise avec Daniel et ses compagnons. Les assistants spirituels sont et continueront à être d’une grande aide pour les frères et soeurs de l’OFS, en particulier en ces temps-ci.

Conclusion

Hans Urs von Balthasar a affirmé avec force que « la vie est une vocation parce que la réalité est une provocation ». De telles situations nous incitent certainement à chercher refuge, assistance ou solution auprès de Dieu. Comme saint François, nous pouvons vouloir demander : «Seigneur, que veux-tu que je fasse?». Ces temps invitent au discernement en fraternité dans une ouverture totale à l’Esprit Saint. « Ceux qui cherchent le Seigneur ne seront pas déçus » (Ps 9, 11). Dans une telle situation, la volonté de Dieu pour nous pourrait être entendue dans le cri même de ceux qui souffrent. COVID-19 nous ouvre les yeux sur le fait que l’humanité est plus unie que beaucoup ne le pensent.

Si une personne est infectée, nous sommes tous en danger. Elle nous provoque à la prière sincère, à la pénitence et à des actes concrets de charité envers tous les frères et soeurs touchés. En faisant du bien aux autres, tu le fais à toi-même. Nous devrions unir nos mains pour veiller à ce que, même si nous ne pouvons pas nous réunir pour des chapitres ou autres célébrations, aucun frère ou aucune soeur ne soit laissé(e) seul(e), vivant(e) ou mort(e). « Quand j’étais dans le péché, écrit saint François, il me semblait trop amer de voir des lépreux. Et le Seigneur lui-même m’a conduit parmi eux et j’ai fait preuve de miséricorde envers eux. Et quand je les ai quittés, ce qui m’avait paru amer s’est transformé en douceur d’âme et de corps.» 16 Dieu nous attend peut-être là où nous ne voulons pas aller. Quand l’amour du prochain nous oblige à laisser nos fausses garanties pour aller secourir les autres, là nous rencontrerons le Christ, et ce sera la douceur de l’âme et du corps. La Règle de l’OFS est un don pour les Franciscains séculiers de vivre avec joie et espérance ces temps difficiles du COVID-19 et d’apporter du réconfort à beaucoup.

 


NOUVELLES - CHAPITRES – VISITES –RENCONTRES

Voeux de Noël

Quand on travaille ensemble, il est toujours bon de prendre un moment pour dire "merci" à l’autre. Tel est le sens des échanges traditionnels de voeux de Noël qui ont lieu au Secrétariat du CIOFS chaque année juste avant Noël entre la CAS et certains membres de la Présidence et les officiers de la présidence. L’année dernière, la brève célébration a eu lieu le 16 décembre. Trois assistants généraux étaient présents : Fr. Alfred, Fr. Hernán et Fr. Francis. (Fr. Pedro étant absent parce qu’il était hors de Rome). Présents également étaient le Ministre Général OFS, Tibor ; la secrétaire générale, Isabella di Paola ; l’économe général, Lucio Monti et épouse, Giovanna et, les deux secrétaires adjointes, Isabella et Laura. À ce groupe se sont ajoutés également le fils de Tibor, Jacques et son épouse qui avaient accompagné Tibor à Rome. Le programme officiel a commencé peu après midi avec la récitation de l’office du milieu du jour. Ceci fut suivi par le repas préparé par Lucio. Enfin, tous ont échangé leurs voeux de joyeux Noël avec simplicité familiale et câlins avant de se séparer à 14h30.

Côte D’Ivoire – Chapitre national électif
Le chapitre national électif OFS de la Côte d’Ivoire a eu lieu les 24 et 25 janvier au centre de spiritualité Padre Pio des Frères Capucins à Angré, Abidjan. Ce chapitre a été présidé par Michel Janian, OFS, conseiller de la Présidence délégué par Tibor Kauser, OFS, Ministre Général. Il a été assisté par Fr. Zacharie Kolantrin, OFMCap., délégué par la CAS. Lobognon Dabe Christophe a été élu Ministre national et Dah Ludovic Stéphane, comme Conseiller international.

Nigeria – Chapitre National électif
Le chapitre national électif OFS du Nigeria a été célébré du 28 février au 1er mars, au couvent Padre Pio des frères Capucins à Ibadan. Le chapitre a été présidé par Jenny Harrington, OFS, déléguée par Tibor Kauser, OFS, Ministre Général en présence de Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap, Assistant Général. Au moment du chapitre, la fraternité nationale naissante comptait 193 membres (121 profès perpétuels, 20 profès temporels et 52 candidats) répartis dans 7 fraternités locales toutes assistées par les Frères Capucins. Au cours du chapitre, Fr. Francis a fait une présentation sur le thème : "OFS, lumière du monde selon l’Exhortation Apostolique Gaudete et Exsultate du Pape François". La session électorale a eu lieu samedi le 29 dans l’après-midi. Lilian-Rita Akudolu a été élue Ministre national et Conseillère internationale. Le soir du même jour, le conseil nouvellement élu a été installé par Jenny pendant la Messe de clôture présidée par Fr. Francis. Le chapitre s’est déroulé avec une grande sérénité et simplicité franciscaine. La fraternité nationale a besoin d’aide dans sa croissance et sa compréhension du charisme pour arriver à être constituée.

Tchad – Chapitre national électif
La Fraternité Nationale OFS du Tchad a tenu un chapitre électif du 29 janvier au 2 février au Centre Sainte Élizabeth à Moundou. Le chapitre a été présidé par Adolph Atsu Assagba, OFS Togo, délégué par Tibor Kauser, OFS, Ministre Général. Il a été assisté par Fr. Robert Wnuk, OFMCap., délégué par la CAS. Au cours des travaux, Fr. Roberto a donné une conférence sur le thème : "Connaissance des textes régissant l'OFS, rôle du conseil dans la fraternité". Le chapitre comptait 39 membres ayant droit de vote et 37 autres membres, à savoir JeFra, assistants et observateurs. Soulassengar Ange Gabriel a été élu Ministre national et conseiller international pour un second mandat. Par rapport au chapitre dans son ensemble, Fr. Robert Wnuk, note "une excellente préparation, un programme bien suivi, un bon partage réciproque, une bonne représentation et présentation des relations des fraternités et une présence massive de la GiFra."

Albanie - Chapitre national électif
Du 31 janvier au 2 février le Chapitre électif de la fraternité nationale émergente d’Albanie a été célébré à Bajzë, présidé par Attilio Galimberti, OFS, délégué du Ministre Général OFS et par Fr. Valentin Rroku, OFM, délégué de la Conférence des Assistants Spirituels Généraux (CAS). Le thème principal du Chapitre était : Connaître et vivre les Statuts de l’OFS d’Albanie. 32 capitulaires et 8 observateurs étaient présents au chapitre ainsi que le Custode des Frères Mineurs en Albanie, Fr. Aurel Gjerkaj, OFM. L’élection du nouveau Conseil a eu lieu samedi au terme duquel ont été élus les nouveaux membres du Conseil national d’Albanie : Pavlin Ndreka comme Ministre national et Lazarin Gega comme Conseiller international. Le Chapitre s’est déroulé dans un climat serein et fraternel.

Vénézuela – Chapitre national électif
Le Chapitre national électif de l’OFS du Venezuela s’est tenu du 28 février au 1er mars 2020, à la maison de retraite Madre Emilia à Caracas. La Fraternité nationale du Venezuela compte 30 Fraternités locales et 6 Fraternités émergentes. Elle et est actuellement divisée en 6 Fraternités régionales. Au total, 17 capitulaires, 3 observateurs et les Assistants nationaux Fr. Ramón Morillo, OFM Cap. et Fr. Antonio Reyes OFM y ont participé. Le Chapitre a été présidé par Tibor Kauser OFS Ministre Général et, comme témoin de la conférence des Assistants généraux Fr. Hernán Eguzquiza, TOR.
Au cours du Chapitre divers aspects qui font la vie de l’OFS du Venezuela ont été abordés. Parmi cesci on peut citer l’Analyse de la situation sociopolitique du pays où l’on a pu entrevoir les difficultés pour se retrouver comme Fraternité à différents niveaux, les problèmes économiques des familles et la grande migration des frères qui quittent le pays. Un autre aspect important a été la présentation du nouveau statut national, sur lequel plusieurs articles ont été débattus et dont la conclusion a été de soumettre quelques modifications au CIOFS, puis de les réexaminer au cours de l’année pour en améliorer la connaissance et l’application.
L’élection du nouveau conseil national a eu lieu le samedi 29. Marielide de Lima a été élue ministre national. Le chapitre a été célébré dans un climat fraternel et aven une participation assidue des capitulaires. Il a culminé avec la Sainte Messe célébrée par le Fr. Hernán Eguzquiza, TOR, et la confirmation du nouveau conseil national suivie d’une agape fraternelle.

NOTES

1Cf. R. CANTALAMESSA, Rifulge il mistero della croce – meditazioni per ogni giorno della quaresima, Ancora, Milano 2014.

2VATICAN II, Constitution Pastorale sur l’Église dans le monde de ce temps, Gaudium et spes 1.

3 VATICAN II, Gaudium et spes, N° 4.

4 POPE PAUL VI, Lettre Apostolique, SeraphicusPatriarca, 24 June 1978.

5 ÉLOI LECLERC, François d’Assise le retour à l’Évangile, Desclée de Brouwer, Paris 1981, ed. 2010, pg. 203.

6 Idem.

7 ELOI LECLERC, op. cit., p. 83.

8 Deuxième Épitre aux Fidèles, 1-2.

9 FRANÇOIS, Exhortation Apostolique Post-synodale Christus vivit aux jeunes et à tout le peuple de Dieu, n° 252.

10 VATICAN II, Gaudium et spes, N° 4.2

11 Gaudium et spes, N° 4.4; 4.5.

12 Hans Urs von Balthasar, Communio 37 (Spring 2010). © 2010 by Communio: International Catholic Review, https://www.communio-icr.com/files/BalthasarVocationFormat2.pdf (2/04/2019).

13 NASSIM NICHOLAS TALEB, The Black Swan the impact of the improbable, Random House, New York, 2007.

14 Règle OFS, n° 7.

15 Constitutions Générales OFS, Art. 13.1-2.

16 Testament, 2-3.