Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

  

K O I N Ō N I A

                                                                               ...ensemble en chemin  

2015 - 1                                                 Année 22                      n. 85

                                                                                             DOC,  PDF

 

CONFERENCE DES ASSISTANTS GENERAUX OFS-JEFRA

IMPORTANCE DE LA FAMILLE POUR L’OFS ET LA JeFra

 

 

Introduction

 

Du 5 au 19 octobre 2014,un synode extraordinaire sur la famille a été célébré au Vatican,avec pour sujet : Les défis pastoraux sur la famille dans le contexte de l'évangélisation. Avec ce synode, l'Église, sous la gouvernance pastorale du Pape François a commencé un autre moment de réflexion sur la famille, mais il s’agit surtout d’un moment d'attention pastorale à la famille et de prière pour la famille.

L'ordre Franciscain Séculier (OFS), comme fils et filles de Saint Francesco d'Assise, se porte à l’avant-garde de la mission de l'Église. Pour le prochain sexennat, Une des priorités de l'OFS, définie par le Chapitre Général tenu à Assise du 1 au 8 novembre dernier, est justement la famille. En donnant la parole à l'OFS dans le monde entier, nous vous offrons cet année, dans les quatre numéros de Koinonia, une série d’articles sur l’importance de la famille pour l’OFS et la JeFra.

Dans ce premier numéro, fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap. considère le thème de la famille dans le Magistère de l’Eglise à partir du Deuxième Concile du Vatican. Dans le deuxième numéro, fr. Martin Bitzer, OFMConv. traitera de, pour éviter la répétition la famille dans la Règle et dans les Constitutions Générales OFS. Le troisième numéro présentera les défis pastoraux sur la famille dans le contexte de l’Evangélisation, par fr. Amando Trujillo Cano, TOR. En fin, le quatrième numéro portera sur la vocation et la mission de la famille dans l’Eglise et dans le monde contemporain, par fr. José Antonio Crux Duarte, OFM.

 

 

LA FAMILLEDANS LE MAGISTERE DE L’EGLISE A PARTIR

DU CONCILE VATICAN II.

“Remplissez d’eau les jarres.” (Jn 2,7)

 

Fr Francis Bongajum Dor, OFMCap.

 

Quand le vin a manqué aux invités des noces de Cana, Jésus demanda aux serviteurs de faire une chose absurde, remplir d’eau des jarres destinées à la purification rituelle des Juifs.(cf. Jn. 2, 1-11). Dans les moments de crise, la voie de la sortie indiquée par Dieu peut être vraiment absurde pour la logique humaine. C’est ici que se fait la distinction entre un croyant et un non-croyant. De la même façon, les voies qu’indique l'Église, qui a reçu la mission d'annoncer la Parole de Dieu et de faire connaître sa volonté à tous les hommes, peuvent sembler absurdes et inopportuns pour quelqu'un. C’est ici que se fait aussi la distinction entre celui qui croit en l'Église et celui qui ne croit pas en elle. Aujourd'hui, ces affirmations ont une grande importance par rapport à la famille dont, beaucoup diront sans hésitation qu'elle est généralement en difficulté. Quelle est la valeur de la famille aujourd’hui pour l'Église ? Que fait Celle-ci, et que propose-t-elle pour le bien de la famille ? Comment s'exprime concrètement l'attention de l'Église pour la famille depuis le Concile Vatican II? Voilà tout ce que nous allons chercher à mettre en lumière dans les pages qui suivent.

 

La Valeur de la famille

 

La famille est la première société humaine, dont la valeur pour la vie de chaque personne, pour la société et pour l’Eglise est exprimée de la façon suivante par le Pape Benoît XVI:

« La famille est le ‘sanctuaire" de la vie’ et cellule vitale de la société et de l'Église. C’est en elle que se forme le visage d'un peuple, c’est ici que ses membres acquièrent les enseignements fondamentaux. Ils apprennent à aimer à la mesure où ils sont aimés gratuitement, ils apprennent le respect de toute autre personne à la mesure où ils sont respectés, ils apprennent à connaître le visage de Dieu dans la mesure où ils en reçoivent la première révélation d'un père et d'une mère pleins d'attention. Chaque fois que ces expériences de base viennent à manquer, c'est l'ensemble de la société qui souffre violence et devient, à son tour, génératrice de multiples violences. »[1] Il est certain, que "L'avenir de l'humanité passe par la famille!" » [2]

 

L’avertissement prévoyant de l’Eglise

 

Vers la fin du dix-neuvième siècle, le Pape Léon XIII écrivit la Lettre Encyclique Humanum Genus sur la franc-maçonnerie. Dans ce texte, le Souverain Pontife dénonçait les dangers de la doctrine naturaliste reçue par les Francs-Maçons et que la société accueillait avec enthousiasme et sans discernement. À plus d’un siècle de distance, on comprend mieux ce que dénonçait le Pape:

"Le mariage n'est rien d’autre qu'un contrat civil, qui peut être résilié légitimement à la volonté des contractants; le pouvoir sur le lien matrimonial appartient à l'État. Dans l’éducation des enfants, on n’'impose aucune religion: une fois que l’enfant a grandi, que chacun soit libre de choisir celle qui lui plaît le plus. Maintenant, les Francs-Maçons acceptent ces principes sans réserve: et non seulement ils les admettent, mais ils les étudient depuis longtemps et cherchent à les faire passer dans les coutumes et dans l'usage de la vie. En beaucoup de pays, aussi qui se disent catholiques, ils tiennent pour nuls au regard de la loi les mariages qui ne sont pas célébrés civilement; ailleurs, les lois permettent le divorce et partout ailleurs, on fait tout pour que le plus tôt possible le divorce soit permis. On cherche ainsi au plus vite à dénaturer le mariage, en le réduisant à des unions transitoires et passagères, à se former et à se dissoudre comme un jeu»[3]

 

Quand une personne ou une société fait quelque choix, les conséquences en sont prévisibles, surtout pour celui qui regarde la réalité avec les yeux de la foi. L'Église qui veille toujours sur le troupeau de Dieu confié à sa garde avertit souvent du danger, et prend des dispositions justes. Le Concile Vatican II affirma combien les choses prévues par l'Église étaient déjà réalités. Dans La Constitution Pastorale, Gaudium et spes[4], la famille est identifiée par le Concile comme une "cellule vitale" de la société qui a besoin d’ attention particulière parce qu’elle souffre et doit être soignée.

La situation de la Famille dans le monde d’aujourd’hui

Il est important de bien connaître la famille dans le contexte concret dans lequel elle vit, pour pouvoir l’évangéliser et l'aider dans la charité et dans la vérité. Le Pape Saint Jean-Paul II exprimait ainsi la vision de l'Église:

« À notre époque, la famille, comme les autres institutions et peut-être plus qu’elles, a été atteinte par les transformations, larges, profondes et rapides, de la société et de la culture. De nombreuses familles vivent cette situation dans la fidélité aux valeurs qui constituent le fondement de l’institution familiale. D’autres sont tombées dans l’incertitude et l’égarement devant leurs tâches, voire dans le doute et presque l’ignorance en ce qui concerne le sens profond et la valeur de la vie conjugale et familiale. D’autres enfin voient la réalisation de leurs droits fondamentaux entravée par diverses situations d’injustice »[5].

La culture d'aujourd'hui, donc, présente des aspects positifs et négatifs, des lumières et des ombres. Parmi les aspects positifs, retenons « une conscience plus vive de la liberté personnelle, et une plus grande attention à la qualité des relations interpersonnelles dans le mariage, à la promotion de la dignité de la femme, à la procréation responsable, à l'éducation des enfants; il s’y ajoute la conscience de la nécessité de développer des liens entre familles pour une aide spirituelle et matérielle réciproque, la redécouverte de la mission ecclésiale propre à la famille et de sa responsabilité pour la construction d'une société plus juste. »[6]

Parmi les aspects négatifs, on remarque une dégradation de quelques valeurs fondamentales: « une conception théorique et pratique erronée de l'indépendance des conjoints entre eux; les ambiguïtés graves à propos du rapport d'autorité entre parents et enfants ; les difficultés concrètes que la famille éprouve souvent dans la transmission des valeurs; le nombre croissant des divorces; la plaie de l'avortement; le recours sans cesse plus fréquent à la stérilisation; l'installation d'une mentalité vraiment et proprement contraceptive. »[7]

Un certain manque d'éducation dans l'usage des moyens de communication moderne contribue à causer ou à aggraver de tels aspects négatifs. Le virtuel se confond avec le réel; les relations humaines réelles et concrètes sont affaiblies ou détruites par les relations virtuelles. La famille en subit les conséquences. L'économie a imposé sa dictature sur la société, à tel point que c’est elle qui détermine pour beaucoup qui peut se marier et qui ne le peut pas; quand peut naître un enfant et quand il ne le peut pas; qui peut vivre et qui doit mourir etc. Le relativisme fait ressentir avec force sa capacité destructrice dans le mariage; le divorce devient normalité. Dans une culture de "relations fluides" le mariage apparaît souvent dès sa naissance comme "malade." Telle est la culture dans laquelle beaucoup de familles naissent et vivent; "la famille subit de nombreuses pressions qui cherchent à la détruire ou tout au moins à la déformer».[8]

Le Pape Benoît XVI a mis en lumière ces forces qui aujourd'hui menacent la famille: « la distorsion de la notion de mariage comme aussi de famille, la dévaluation de la maternité et la banalisation de l'avortement, la facilité du divorce et le relativisme d'une 'nouvelle éthique’ »[9]. Ainsi la famille et le mariage qui la fonde se trouvent subvertis par une politique économique et par différentes idéologies qui les instrumentalisent. À cette famille, l'Église vient en aide comme « Mater et Magistra ».

 

 

Les Expressions de l’Attention du Magistère à la Famille

Trois Documents de Base

La Constitution pastorale Gaudium et spes, sur l'Église dans le monde de ce temps, consacre un chapitre entier de la seconde partie au mariage et à la famille. Le texte est l’expression d'un grand travail fait au service de la famille; écoute, recherches et études, partage, mais surtout, prière. Mais, il indique aussi le travail doctrinal et pastoral à accomplir. Depuis le Concile, la famille tient une place toujours plus importante dans l'Église.

 

Le Compendium de la doctrine sociale de l'Église consacre un chapitre entier à la famille qui est considérée en tant que "cellule vitale de la société"; c'est le chapitre cinquième, le premier de la second partie, qui est la partie centrale du document. Comme indique le terme 'Compendium’, le document magistériel de 2004 est élaboré pour exposer de manière synthétique, mais exhaustive, l'enseignement social de l'Église. 46 paragraphes sont dédiés à la famille[10]. La priorité de la famille sur la société politique est mise en relief. La famille, d’institution divine, est la première société humaine dont chaque personne a besoin pour son développement intégral et son insertion progressive dans la société la plus grande. Donc on ne peut pas traiter de la famille comme d’une association quelconque. Le sujet de la famille revient sous d’autres thèmes comme le travail. Toutefois, le texte essentiel se trouve dans le cinquième chapitre.

 

Le Catéchisme de l'Église Catholique, (CCC) est un autre grand fruit du Concile. Puisque le mariage et la famille existent dans toutes les cultures, le CCC exprime la foi de l'Église par rapport à la famille et au mariage des chrétiens, fondement nécessaire pour cette dernière[11]. « Un homme et une femme unis en mariage forment avec leurs enfants une famille »[12]; « le mariage et la famille sont ordonnés au bien des époux et à la procréation et à l’éducation des enfants »[13]. Entre les baptisés, les liens du mariage sont sanctifiés par le sacrement et sont indissolubles; "La famille chrétienne est une communion des personnes, signe efficace et image de la communion du Père et du Fils dans l'Esprit Saint."[14] Elle a une importance singulière dans l'Église au sein de laquelle elle offre une manifestation et une réalisation spécifique de la communion ecclésiale. Par conséquent "elle peut et doit être appelée 'église domestique’ ».[15] Le rôle des conjoints dans la procréation et l'éducation des enfants est irremplaçable. La société doit être au service de la famille et non pas le contraire. « La famille est la cellule originelle de la vie sociale. C'est la société naturelle dans laquelle l'homme et la femme sont appelés au don de soi dans l'amour et dans le don de la vie. »[16] La famille a ainsi ses droits et aussi ses devoirs particuliers.

 

Synodes et Exhortations Apostoliques

 

Le premier synode des évêques sur la famille a eu lieu du 26 septembre au 25 octobre1980. Le sujet en était: Les devoirs de la famille chrétienne dans le monde d'aujourd'hui. "Le Synode, affirmait le saint Pape, a médité encore sur le dessein tracé par Dieu pour la famille; à la lumière du projet de Dieu, il a confirmé la grandeur et le caractère irremplaçable du rôle de la famille au service de la vie, pour modeler des hommes libres et responsables comme "église domestique" ouverte aux autres et comme cellule primordiale, avec ses propres droits et devoirs envers la société."[17] Le fruit de ce synode fut l'exhortation Apostolique post- synodale, Familiaris Consortio sur les devoirs de la famille chrétienne dans le monde d'aujourd'hui, datée du 22 novembre 1981 et écrite par le Pape Saint Jean Paul II. Celle-ci est encore un document de référence pour la pastorale de la famille. L'Assemblée synodale extraordinaire pour la famille d'octobre dernier, convoquée par Pape François constitue la préparation d’une assemblée synodale ordinaire prévue le mois d’octobre de cette année. Donc, on peut dire que l'Église est en train de vivre une année de la vie consacrée avec la famille comme toile de fond. Le fait que le Pape ait d’abord réuni une assemblée Générale Extraordinaire, (la troisième de ce genre)[18], en vue d'une Assemblée Générale Ordinaire[19] toutes deux sur la famille, témoigne en plus que pour l'Église, la question de la famille est encore très urgente.

 

Offices Pontificaux, Diocésains et Paroissiaux pour la pastorale de la famille

 

La foi et la doctrine de l'Église sur la famille ne serviront à rien si celles-ci ne ‘passent’ pas dans une vie et une pastorale concrète au service de cette même famille. En 1973, le Pape Bienheureux Paul VI a créé le Comité pour la famille. Le 9 mai 1981, le pape Saint Jean Paul II, L’a remplacé par le Conseil Pontifical pour la famille. Ce Dicastère de la Curie Romaine a pour but de promouvoir le soin pastoral envers les familles, favoriser leurs droits et leur dignité dans l'Église et dans la société civile, pour qu'elles puissent s’acquitter de leurs propres fonctions de mieux en mieux. Le susdit Dicastère a assuré la création dans les diocèses et ensuite dans les paroisses, de bureaux spéciaux pour la promotion de la pastorale de la famille. De 1994, Le Dicastère organise des rencontres mondiales des familles; Rome (1994), Rio de Janeiro (1997), Rome dans le contexte du jubilé des familles (2000), Manille (2003), Valence (2006), Mexico (2009), et Milan (2012). la prochaine rencontre aura lieu en septembre de cette année, Philadelphie, aux USA.

Dignes d’une attention particulière, on notera les célébrations dédiées à la famille: année de la famille, pèlerinages, congrès, veillées de prière etc. Celles-ci sont autant d’expressions de l'attention de l'Église à la famille et se vivent au jour le jour aux différents niveaux: paroissial, diocésain ou universel.

 

 

Conclusion

"Remplissez d'eau les jarres !", (Jn 2,7). Nous sommes partis de cette citation évangélique pour considérer la famille dans le Magistère de l'Église, du Concile Vatican II à nos jours. Dans les situations difficiles dans lesquelles vivent beaucoup de familles, l'Église invite d’abord tous ses fils et filles à aimer et à prier pour les familles.

« Aimer la famille signifie savoir en estimer les valeurs et les possibilités, en cherchant toujours à les promouvoir. Aimer la famille signifie reconnaître les dangers et les maux qui la menacent afin de pouvoir les surmonter. Aimer la famille signifie faire en sorte de lui assurer un milieu qui favorise son développement. Et, c’est encore une forme éminente de l’amour que de redonner à la famille chrétienne d’aujourd'hui, souvent tentée par le découragement, et angoissée par les difficultés croissantes, les raisons d’avoir confiance en elle- même, dans ses propres richesses de nature et de grâce, dans la mission que Dieu lui a confiée[20]

 

La Pape François nous invite tous, et de façon particulière les familles, à la prière: « Prions donc tous ensemble afin qu’à travers ces événements (synodes), l'Église accomplisse un vrai chemin de discernement et adopte les moyens pastoraux proportionnés pour aider les familles à affronter les défis actuels, avec la lumière et la force qui viennent de l'Évangile. »[21]

 

Le Seigneur nous invite à remplir les jarres d’eau ; Lui-même ferra le miracle.

 

"La famille chrétienne est appelée à partager la prière et le sacrifice du Christ. La prière quotidienne et la lecture de la Parole de Dieu fortifient la famille dans la charité."[22].

 

Nous offrons ci-dessous le texte de la prière de Saint Jean-Paul II pour le familles, invitant tous à s’en servir et à la diffuser.

 

 

PRIERE DU PAPE JEAN-PAUL II POUR LES FAMILLES

 

Dieu, de qui vient toute paternité au ciel et sur la terre,

Père, toi qui es amour et vie,

fais que chaque famille humaine sur la terre devienne,

par ton Fils, Jésus Christ,« né de la Femme »,

et par l'Esprit Saint, source de charité divine,

un véritable sanctuaire de la vie et de l'amour

pour les générations qui se renouvellent toujours.

Fais que ta grâce guide les pensées et les œuvres des conjoints

vers le bien de leurs familles et de toutes les familles du monde.
Fais que les jeunes générations trouvent dans la famille

un soutien fort pour leur humanité

et leur croissance dans la vérité et dans l'amour.

Fais que l'amour, renforcé par la grâce du sacrement de Mariage,

se montre plus fort que toute faiblesse

et toute crise à que traversent parfois nos familles.

Fais, en fin, nous te le demandons par intercession de la Sainte Famille de Nazaret,

que l'Église au milieu de toutes les nations de la terre

puisse accomplir sa mission fructueusement

dans la famille et par la famille.

Par Christ notre Seigneur, Lui qui est la voie, la vérité et la vie

dans les siècles des siècles.

Amen.[23]

 

INFO – CHAPITRES – VISITES – RIUNIONS

 

 

Rome - Secrétariat CIOFS - Vœux De Noël, 17 décembre, 11H.
Comme tous les ans, les membres du Secrétariat CIOFS et les Assistants qui se trouvent à Rome ont échangé les vœux de Noël. La prière initiale a été préparée par Fr. José Antonio et les chants par Fr. Amando. Lucio, Giovanna et Fr Martin manquaient. Tibor et Benedetto étaient présents. Un appel téléphonique de courtoisie a été fait à Encarnita. Le toast traditionnel s'est fait avec une réception abondante.

 

 

Togo- chapitre national électif

Le Chapitre national électif de l'OFS-Togo a été célébré le 17 et 18 janvier. Michel Janian, Délégué de Tibor Kauser, Ministre Général OFS a présidé le Chapitre en présence de Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap, Assistant général OFS-GiFra. Fr. Peter Williams, OFM, Assistant Spirituel national OFS-GiFra était présent aussi, et plus de quatre-vingts laïques Franciscains parmi lesquels cinquante-quatre votants. De l'élection faite le jour 17, les suivants ont été élus: Joseph Adegnon, Ministre national; Adolph Assagba, Vice Ministre national et Conseiller international; Darius Ramanou Secrétaire; Pierrette Doh-Egueli Trésorière; Léopold Bitassa Formateur; René D'Almeida Animateur GiFra. Michel Janian a confirmé tous les élus. Pour l'élection du Conseiller international, les capitulaires ont dû voter d’abord un article permettant ce procédé qui n'existait pas dans les Statuts nationaux soumis au CIOFS pour l'approbation. Ceci sera donc inséré dans les Statuts nationaux. Fr. Francis Dor a présidé la Messe d'ouverture et aussi celle de clôture durant laquelle le nouveau Conseil national pour les prochains trois ans a été installé. Le Chapitre a été bien préparé, et cela a beaucoup aidé au déroulement lisse du même. Les frères de l'OFS-Togo devraient veiller à la tenue des archives des Fraternités locales et surtout à ceux de la Fraternité nationale.

 

 

Corée - Chapitre national électif

La Fraternité nationale de l'OFS de la Corée a célébré son Chapitre national électif du 23 au 25 janvier 2015, à Hannamdong, Seoul. 74 des 78 capitulaires convoqués étaient présent pour le chapitre. Il a été présidé par Maria Consuelo de Nuñez, de Vénézuéla, déléguée du Ministre général OFS accompagné par Fr. Na Johan, OFM, Assistant spirituel d'une fraternité OFS au Japon, délégué de la CAS. Le nouveau Ministre national est Catherine Hyun Joo Lee et le Conseiller international c’est Michelle Lee Yoon-Kyung. La Messe inaugurale a été présidée par Fr. Lorenzo, OFMCap et la Messe de clôture a été présidée par Fr. Titus Yoon, Ministre provincial de l'OFMConv.

 

 

Afrique du Sud - Visite pastorale à l'OFS

La visite pastorale (VP) à l'OFS de l’Afrique du Sud s'est a été faite par Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant général de l'OFS-GiFra, du 8 au 16 février 2015. La VP a commencé le 8 février avec un agape fraternel avec la nouvelle Fraternité locale OFS de la paroisse Croate de Saint Girolamo, à Johannesburg, après la célébration Eucharistique du dimanche présidé par Fr. Ivan Karmelo Strčić, OFM, Curé et Assistant local. Par la suite il y a eu la rencontre du visiteur avec les membres actifs du Conseil national de l'OFS lors de laquelle il a parlé de leur service et des différents défis, qu'ils ont trouvés de quand ils ont été nommés en 2012. Le matin du jour suivant, lundi 9 a eu lieu une session formative sur l'OFS, la GiFra et l'assistance spirituelleet pastorale, en la "S. Francis House of Studies" des Frères Mineurs, au Wingate Park, Pretoria. Fr. David Barnard, Ministre provincial OFM, les Assistants nationaux Fr. Ewald Nangay, OFMCap et Fr. Mbelelo Sikotoyi, OFM, autres Assistants, six postulants OFM et leur formateur et autres frères étaient présents. Le matin du mardi 10 février, Fr. Amando ensemble avec deux membres du Conseil national, Jenny Harrington et Joan Kerswill, ont eu une brève entretien avec l'archevêque William Slattery, dans une salle de la Procure, à Pretoria pendant lequel l’évêque a exprimé ses observations et suggestions pastorales par rapport à l'OFS. Le samedi 14 février, à l'occasion de l’ordination sacerdotale de Fr. Bongani T. Mkhize, à Hibberdene, KZN, Fr. Amando a parléde l'OFS avec l'évêque ordinant, Mlungisi Pius Dlungwane, du diocèse de Mariannhill. Le 15 février, à Durban, le Visiteur a aussi parlé avec Fr. Emmanuel M. Khathi, TOR, Assistant régional, sur l'assistance spirituelle aux fraternités locales de la région. À la fin, le 16 février, Fr. Amando a aussi parlé avec Fr. Angelicus Mchunu, TOR, Ministre Provincial, sur le rôle des Supérieurs Majeurs envers l'OFS et autres sujets relatifs à l'assistance spirituelle à l'OFS. En toutes les rencontres du visiteur un sujet central a été ce de l'usage de l'habit de la part de quelques franciscains Séculiers et la nécessité de chercher la manière meilleure pour appliquer la décision prise par le Chapitre général OFS du2011.

 

 

Malawi - Visites fraternelles et pastorales à l'OFS

La continuation des Visites Fraternelles et Pastorales (VFP) au Conseil National de l'OFS de Malawi a été menée par Jenny Harrington OFS, Conseiller de Présidence, et de Fr. AmandoTrujillo Cano TOR, Assistant général, du 17 au 21 février 2015, à Lilongwe. Un aspect important des visites a été d'examiner comment le Conseil national a suivi les devoirs et les recommandations à lui assignées quand il a été nommé en 2012 d'Encarnacion du Pozo, Ministre Général OFS, en considération des difficultés présentes graves dans la vie de la Fraternité nationale, surtout le soin des frères et sœurs qui persistent à porter quelque chose qui ressemble beaucoup à un habit religieux. Au-delà des différentes rencontres qu’ils ont eu avec le Conseil national provisoire, les visiteurs ont aussi eu des rencontres avec différents groupes comme les sœurs Clarisse, les Supérieurs Majeurs du 1° Ordre, (Fr. Laiju Kilukkan, OFMCap, Br. Theonest Kagenzi, OFM, Fr. Linus Malenga, OFMConv), les représentants des Conseils régionaux, en sessions formatives, les Assistants spirituels (session formative avec quatre Frères OFMCap et un prêtre diocésain), la Conférence épiscopale de Malawi et le Nonce apostolique. À la demande du groupe qui porte l'habit une rencontre avec les visiteurs a été programmée à laquelle ils ne sont pas venus. Le soir du vendredi 20, près de la chapelle des sœurs Clarisses, l'eucharistie a été présidée par Fr. Amando pendant laquelle Jenny Harrington a confirmé les membres du Conseil national provisoire pour un an, en leur ayant donné des devoirs précis. Le matin du samedi 20, au début de la dernière rencontre avec le Conseil national et au nom du Ministre général, Jenny Harrington a nommé Francisca Munthali comme formatrice nationale. Les visiteurs ont été très reconnaissants aux Frères Capucins et aux sœurs Missionnaires de Sainte Maria médiatrice en Kaggwa pour leur hospitalité généreuse.

 

 

Japon - chapitre national électif

Du 27 février au 1° mars s'est tenu au Catholic Training Center, Nanzan University, Nagoya, le Chapitre national électif de l'OFS du Japon. Augustine Yoon Young Hak, Conseiller du Présidence CIOFS pour la zone anglaise, Asie/Océanie a présidé le Chapitre en présence de Fr. Mathew Bang Young Jin, OFMCap, Assistant national OFS de la Corée. Treize Capitulaires ont pris part à l'événement. Francisco Takeda Fumihiko a été élu Ministre national et Conseiller international.

 

 

 

[1] Benoît XVI, Lettre Encyclique, Africae Munus, n°42.

[2] Jean-Paul II, Exortation Apostolique Post-Synodal, Familiaris Consortio, 22 Novembre 1981, n°86.

[3] Humanum Genus, 21.

[4] Cfr. G.S. 47-52.

[5] Familiaris Consortio, n°1.

[6] Familiaris Consortio, n°6.

[7] Ibid.

[8] Familiaris Consortio 3.

[9] Benoit XVI, Africae Munus, n°43.

[10] Cfr. CDSE 209-254.

[11] Cf. CCC 2197-2257. 1601-1666. 2360-2391.

[12] CCC 2202

[13] CCC 2201

[14] CCC 2205

[15] CCC 2204

[16] CCC 2207

[17] Jean-Paul II, Message à l’Angélus, Dimanche 28 Décembre 1980.

[18] La première, en 1969, était sur Les Conférences Episcopales et la collégialité, et la deuxième, en 1985, était sur L’Application du Concile Vatican II.

[19] Celle-ci sera la XIV° Assemblée Générale depuis 1967 et déjà la deuxième sur la Famille.

[20] Familiaris Consortio n°86.

[21] Pape François, Lettre aux familles, le 2 Février 2014.

[22]CCC 2205

[23] Angelus, Dimanche, le 28 décembre 1980.