Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

PRESIDENCE DU CONSEIL INTERNATIONAL DE L'OFS

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE

DOSSIER MENSUEL

MARS 2013 – 5ème ANNÉE – N° 38

 

LA THÉOLOGIE DU CORPS

Sur base des écrits du

bienheureux PapeJean-Paul II1

 

Dossier préparé par l’équipe de formation continue du  CIOFS

Ewald Kreuzer, OFS, Coordinateur,

Lucy Almiranez, OFS,

Mike et Jenny Harrington, OFS.

 

RETOUR A « L’ORIGINE»
Notre Création (Gn 1 ; 1-23)

 

LE CHRIST NOUS RAPPELE  « L’ORIGINE »

En nous rappelant l’état des choses « à l’origine » le Christ non seulement rétablit en norme le plan original de Dieu pour l’homme et la femme mais donne aussi la force pour le vivre. La « Bonne Nouvelle » de l’Evangile est : « Jésus est venu restaurer la Création dans la pureté de ses origines. »2

Jean- Paul II nous reporte à la situation avant le péché originel comme Jésus nous a reportés « a l’origine » ; nous voyons ainsi la vraie signification de la vie et de la sexualité humaine, le programme originel de Dieu pour l'humanité.

Tout en nous remémorant  la Genèse (le plan initial de Dieu) Jésus nous donne un complément : il déclare solennellement l’indissolubilité du mariage. Il définit le mariage comme l’union indissoluble, à vie, inscrite dans notre nature profonde telle que Dieu l'a créée.

«  Des Pharisiens s’avancèrent vers lui et lui dirent pour lui tendre un piège : « Est-il permis de répudier sa femme pour n’importe quel motif ? » Il répondit : « N’avez-vous pas lu que le Créateur, dès l’origine, les fit mâle et femelle et qu’il a dit : c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux ne feront qu’une seule chair." Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a unis !  Ils lui disent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce quand on répudie ? » Il leur dit : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes mais a l’origine il n’en était pas ainsi ». (Mt 19:3-8)

LA SOLITUDE ORIGINELLE

Le Seigneur Dieu dit : « Il n'est pas bon pour l'homme d’être seul. Je veux lui faire une aide qui lui soit accordée »." (Gn 2:18) L’homme sans femme est seul, car il est « seul » dans le monde visible à être une « personne ». A l’opposé de toute autre créature, les humains ont un rapport spécial à Dieu. Un être humain n'est pas une chose, mais quelqu'un, c’est une PERSONNE qui peut déterminer librement ses  actes, qui a la capacité d’aimer Dieu et d’aimer les autres. A l’origine l’homme avait conscience de Dieu et de Sa présence, Dieu et l’homme étaient amis, étaient familiers l'un de l'autre. L’homme avait conscience d’être à la fois différent et responsable des autre créatures.

« Dieu vit tout ce qu’il avait fait. Voilà, c’était très bon » (Gn 1:31).

En tant que personne, nous avons conscience et libre choix, ainsi que capacité d’aimer Dieu et notre prochain. Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle Il les créa (Gn1,27) et cette sexualité complémentaire, dit Jean-Paul II, nous donne une information importante sur nous et sur Dieu. Notre corps est dit-il, l’expression visible de la personne « le signe visible d’une réalité invisible ». Le corps est le signe extérieur qui révèle la personne intérieure (corps et âme).

L'UNITE ORIGINELLE.

« Voici cette fois l’os de mes os et la chair de ma chair. Celle-ci on l’appellera femme car c’est de l’homme qu’elle a été prise ». (Gn 2:23)

L’homme et la femme sont appelés à vivre une relation qui reflète la vie interne de la Trinité, considérant Dieu non comme trois individus mais comme la sainte communion de l’homme et de la femme et la bénédiction de la fertilité.

L’homme trouve sa perfection, son accomplissement non dans une vie solitaire, mais dans une vie d’union à la femme. Adam découvrit qu’il était non seulement seul avec Dieu mais seul en l’absence d’autre être humain.

Dieu nous créa pour être en relation avec Lui et avec les autres humains. L'homme "ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même." (GS 24 ; 3)

Le corps humain révèle des vérités profondes. Le corps mâle a une merveilleuse et unique capacité d’union avec le corps femelle et celui-ci avec le mâle. Il est évident qu'ils ont été faits pour être ensemble. Il y a un désir d’union et une fascination, une attraction du sexe opposé. Le corps avec son complément sexuel révèle que nous somme créés pour une relation, une union interpersonnelle. « Aussi l’homme laisse-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair (Gn 2:24)

Devenir « Une seule chair » ne se rapporte pas seulement à l’union de deux corps mais est l’expression sacramentelle qui correspond à la communion de  personnes. (cfr TOB 31:2)

Cela n'implique pas que la relation soit platonique, car Dieu a dit : « Soyez féconds et prolifiques." (Gen 1:28)

La capacité, le but de la communion entre personnes est donc inscrit en chacun depuis l’origine. Chacun est fait pour la communion, chacun en est capable. Nous nous donnons librement à un autre par amour et recevons son amour en retours. Nous somme un don et donnons ce don à un autre dans l’union intime de l’amour, ce qui correspond à notre état d’image de Dieu "Faisons  l’homme à notre image, selon notre ressemblance »” (Gn 1 : 26.)

Dieu lui-même est une communion de personnes, une Trinité dans laquelle le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont en échange éternel d'amour. Le corps humain est capable de révéler Dieu. Dieu n’est ni male ni femelle mais pur esprit. Le mystère invisible de l’amour Trinitaire est imagé, rendu visible en nos corps lorsque nous formons une communion de personnes en vérité et en amour.

“Nous pouvons alors déduire que l’homme est devenu image et ressemblance de Dieu non seulement par sa propre humanité mais aussi par la communion des personnes que l’homme et la femme forment dès le début. L’image a pour fonction de refléter le modèle, de reproduire son propre prototype. L’homme devient image de Dieu moins au moment de la solitude qu’au moment de la communion…Sur tout ceci est descendu, dès l’origine, la bénédiction de la fécondité, liée à la procréation humaine Gn 1,283

Dieu n'aurait pu donner un plus grand but ni une plus grande dignité à l’amour sexuel. L’union maritale est l’icône de la vie interne de la Trinité. Que nous soyons des personnes faites à l'image de Dieu nous donne une dignité inestimable.

La signification nuptiale du corps est notre appel au don de soi inscrit dans notre incarnation de mâle et femelle. En devenant don de l’un à l’autre dans une communion de personnes nous apprenons à aimer et être aimés comme Dieu aime, et remplir ainsi  notre plus haute destinée.

Nous devenons alors l’image de la vie et de l’amour de la Trinité et nous nous préparons à partager éternellement Sa vie. Et cela est vrai pour toute personne humaine, quel que soit le mode de vie (mariée, célibataire ou autre) qu’elle ait choisi .

Dieu les bénit et Dieu leur dit« soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la » (Gen 1:28). Cette unité en « une seule chair » est à un monde de distance de la copulation des animaux : contrairement aux animaux,  homme et femme ont la capacités, la liberté d’aimer.

LA NUDITE ORIGINELLE

« Tous deux étaient nus, l’homme et sa femme, sans se faire mutuellement honte » (Gn 2:25)

Le couple premier, avant la chute, se voyaient l’un l’autre comme Dieu les voit, ils témoignaient de l’amour divin, leurs corps transparents sur la personne intérieure; ils n’étaient ni séparés ni objets. Il y avait une profonde intimité, communication et compréhension mutuelle entre l’homme et la femme. Il y avait un sentiment de plénitude dans les humains. Ils étaient totalement libres.

Cette liberté se trouve précisément à la base de la signification conjugale du corps.La nudité révèle la faculté d’exprimer l’amour: précisément cet amour dans lequel l’homme-personne devient don et, par ce don, réalise le sens même de son “être” et son “exister »4

La nudité originale démontre qu’avec l’homme, la sainteté est entrée dans le monde visible, la sainteté même qui permet à l’homme de s’exprimer profondément par son propre corps et ceci, précisément, grâce au don sincère de soi. Dans ce cas, la conscience du don conditionne “le sacrement du corps”: l’être humain se sent, dans son corps d’homme ou de femme, sujet de sainteté."5

INNOCENCE ORIGINELLE ET PECHE ; Le Christ, en rappelant « l’Origine », demande de dépasser la frontière entre l’état originel d’innocence et l’état de péché que causa la chute. Cette frontière est marquée par l’Arbre du Bien et du Mal.

Ces états revêtent une dimension particulière pour l’homme en son être le plus intime :. la connaissance, la compréhension, le choix et la décisions, le tout dans le rapport à Dieu, le Créateur qui est le Dieu de la plus ancienne Convention,, celle du Créateur avec sa créature, l’homme. L'arbre de la connaissance du Bien et du Mal, expression et emblème de la Convention avec Dieu brisée dans le coeur de l’homme marque deux situations diamétralement opposées l’une à l’autre, celle de l’innocence originelle et celle du  péché originel.

Cependant, le rappel de l’Origine par le Christ nous permet de trouver une continuité essentielle dans l’homme et un lien entre le ces deux différents états ou dimensions de l'être humain.

PREMERE PROMESSE DE REDEMPTION -  Les paroles du Christ sur l’Origine nous donnent le droit à l'éloquence entière du mystère de la rédemption. Nous sommes témoins du moment où l’homme, mâle et femelle, ayant brisé la convention originale avec son Créateur, reçoit la première promesse de rédemption. (Gn 3 ;15 Texte messianique)

L’homme, ayant participé a l'histoire du péché humain, participe  à l'histoire du salut. Son péché l’a coupé de l'innocence originelle mais en même temps l’a  ouvert au mystère de la rédemption réalisé dans et par le Christ. Paul dans sa lettre aux Romains exprime cette perspective de rédemption  en disant :

« Nous aussi, qui possédons les prémices de l’Esprit, nous gémissons intérieurement, attendant l’adoption, la délivrance pour notre corps » (Rom 8:23)

Connaissance et Procréation - Le but de la vie est d’aimer comme Dieu aime et c’est pour cela que notre corps d’homme et de femme est fait. La féminité de l'un et la masculinité de l’autre révèlent le plan indubitable de Dieu : homme et femme sont destinés à être l’un pour l’autre  un don potentiellement fécond et  ce don en appelle un troisième. Comme l'exprime Jean-Paul  II "la connaissance mène à la génération ».

« L’homme connut Eve sa femme, elle devint enceinte » (Gn 4.1)

La paternité et la maternité "couronnent" et révèlent complètement le mystère de la sexualité. Le "Soyez féconds et prolifiques"(Gn 1 ; 28)  est un appel d’amour à l’image de Dieu qui « remplit le vrai sens de notre existence ». Quelle que soit notre vocation particulière, nous sommes tous appelés à participer à l’amour de Dieu et à le partager avec les autres.

Le principe de la « Théologie du Corps » est de considérer le corps comme un "signe" de l'éternel mystère de Dieu. C’est le mystère de la vie et de l’amour Trinitaires, de l'éternelle Communion du Père, Fils et Saint-Esprit.

"Dieu est amour. En envoyant dans la plénitude des temps son Fils unique et l’Esprit d’Amour, Dieu révèle son secret le plus intime : Il est Lui-même éternellement en échange d’amour : Père, Fils et Esprit saint, et il nous a destinés à y avoir part. (CCC.221)

On ne peut donc comprendre l'Eglise … sans se référer au « grand mystère » ,.. qui s'exprime dans le fait d'être « une seule chair » (cf. Gn 2, 24 ; Ep 5, 31-32), c'est-à- dire dans la réalité du mariage et de la famille. (LF 19)

 

Questions à étudier et discuter en Fraternité

1. Quelle image vous faites-vous de Dieu ? Sommes-nous capables de nous voir « faits à son image » ?

2. Que pensez-vous que croit et enseigne notre société  sur la signification de notre corps?

3. De quelle façon notre corps peut-il être l’expression de notre don personnel  à Dieu et aux autres ?

4. Que signifie « sacramentalité du corps » ?

 

Références :

« TDC » Theologie du Corps : Jean-Paul II ,sur WEB : http://theologieducorps.com/les-cathecheses/

« LF » Lettre aux familles : Jean-Paul II

« CCC » Cathéchisme de l’Eglise Catholique

« GS » Gaudium et Spes : Jean-Paul II

 


1 TDC :  Ensemble de Cathéchèses de Jean-Paul II  http://théologieducorps/les-cathecheses/

2 CCC : Cathéchisme de l’Eglise catholique, 2336

3 Cathechèse, 9 : 3

4 Cathechèse,15 :1)

5 Cfr Cathéchèse 19 :5