Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

Circ. n. 13/14-20
Prot. n. 2851/14-20

Rome, 20 Mars, 2016
Dimanche des Rameaux de la Passion du Seigneur

PDF

Le Christ est vraiment ressuscité!

Chers frères et soeurs!

Que le Seigneur vous donne la paix!

Je vous envoie à vous tous mes salutations les plus fraternelles, avec un des souhaits les plus anciens pour les Chrétiens: soyons dans la joie parce que le Christ est ressuscité! Notre Père Miséricordieux qui est dans les Cieux n'a pas permis à la mort de vaincre sur la vie. Les premiers Chrétiens du 1er siècle utilisaient déjà cette salutation: Le Christ est ressuscité, et ils répondaient: Il est vraiment ressuscité! Ceci est le centre de notre foi et les premiers chrétiens savaient que cela était professé de façon répétée et partagé avec tous. Quelle joie d'avoir cette salutation comme si elle était le pain quotidien! La lumière ne peut pas être cachée, la joie doit être partagée!

Nous sommes les messagers de la résurrection. Nous devons donner témoignage du Christ qui est mort pour tous nos péchés selon les écritures; ...il fut enseveli; ... il est ressuscité le troisième jour selon les écritures (cf 1Cor 15.3-4). Etre apôtres de la Bonne Nouvelle appartient à notre vocation et notre mission franciscaine.

Le salut arrive par la croix, la mort et la résurrection du Christ ont renouvelé le monde. Nous, nous vivons dans un monde renouvelé, même si parfois nous voudrions en voir plus de preuves. Nous sommes appelés à vivre, à travailler et à réaliser notre vocation et notre mission dans ce monde renouvelé.

L’oeuvre de rédemption du Christ, qui concerne essentiellement le salut des hommes, embrasse aussi le renouvellement de tout l’ordre temporel. La mission de l’Église, par conséquent, n’est pas seulement d’apporter aux hommes le message du Christ et sa grâce, mais aussi de pénétrer et de parfaire par l’esprit évangélique l’ordre temporel. Les fidèles laïcs accomplissant cette mission de l’Église, exercent donc leur apostolat aussi bien dans l’Église que dans le monde, dans l’ordre spirituel que dans l’ordre temporel. Bien que ces ordres soient distincts, ils sont liés dans l’unique dessein divin ; aussi Dieu lui-même veut-il, dans le Christ, réassumer le monde tout entier, pour en faire une nouvelle créature en commençant dès cette terre et en lui donnant sa plénitude au dernier jour. Le laïc, qui est tout ensemble membre du Peuple de Dieu et de la cité des hommes n’a qu’une conscience chrétienne. Celle-ci doit le guider sans cesse dans les deux domaines. (Vatican II, Apostolat des Laïcs,II. 5.)

Cela fait plus de quarante ans que nous sommes appelés à réaliser cette mission. Le moment est arrivé de nous regarder de l'intérieur et de recommencer. Nous pouvons toujours renouveler nos vies et ainsi continuer à être des collaborateurs dans l'oeuvre rénovatrice de Dieu, et Pâques est ce moment privilégié, pendant lequel nous pouvons célébrer et jouir de l'amour de Dieu qui ne connait pas de fin, et nous pouvons expérimenter de cette façon que cet amour peut renouveler le monde et ainsi unir notre amour et nos efforts à ceux de Dieu.

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux (Luc. 6.36)

Cette fête de Pâques est spéciale pour nous, parce que nous sommes dans une année spéciale. Sa célébration est toujours spéciale mais l'ancrer dans la miséricorde de Dieu et lui rendre grâce tout au long de l'année, c'est quelque chose d'encore plus particulier. Dieu nous assure de Sa miséricorde et nous invite à être miséricordieux comme lui. Par cette lettre je désire vous inviter à combler notre joie à Pâques avec la décision de nous engager principalement à témoigner de la résurrection, en distribuant abondamment l'amour du Père Miséricordieux qui est aux Cieux.

Pendant cette année de la miséricorde, notre vie doit être caractérisée par ce fait d'être miséricordieux. Qu'est-ce qui pourraient mieux construire nos fraternités que la divine miséricorde?

La miséricorde est la première caractéristique de Dieu. C'est le nom de Dieu (P. Francesco-Andrea Torniello: Le nom de Dieu est miséricorde, 2015). Nous croyons en effet que notre Ordre est guidé par l'Esprit Saint, ce que St François a professé, que c'est Lui le vrai Ministre Général de l'Ordre, et par qui le Père donne son amour éternel. Moi je crois que personne ne peut créer une véritable fraternité mieux que celle de la miséricorde de Dieu, qui nous invite à être miséricordieux.

Nous devons toujours, et en particulier cette année, nous rappeler cela et vivre et agir en conséquence. Parce que ce qui va arriver, si nous suivons les oeuvres corporelles et spirituelles de miséricorde, c'est que nos fraternités deviendront plus vivantes, nous aurons une meilleure compréhension des difficultés et de la misère qui se trouve autour de nous et nous aurons plus de compassion et ainsi nous porterons l'amour et la miséricorde de Dieu au monde. Qu'est-ce d'autre sinon notre mission apostolique qui dérive de notre vocation?
C'est dans cet esprit que je vous invite pour cette Pâque à connaître et à vivre les oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles, particulièrement dans nos fraternités, mais aussi en travaillant dans le monde, n'importe où et chaque fois que cela se présente.

Je connais le témoignage de ces frères et de ces soeurs qui donnent à manger aux affamés et à boire aux assoiffés de tant de façons: dans les repas pour les pauvres, en récoltant de la nourriture, en invitant ceux qui ont des difficultés dans leurs maisons et dans leurs fraternités. Quelle bénédiction d'être des instruments du Seigneur, quand votre Père qui est aux cieux les nourrit (Mt 6.26). Ce type de solidarité et de compassion doit caractériser aussi notre vie fraternelle à l'intérieur de l'Ordre. Nous devons être attentifs aux besoins de nos soeurs et de nos frères, aussi bien dans nos fraternités locales qu'au niveau international. Les différences entre les fraternités nationales, impliquant nos soeurs et nos frères, sont très grandes et, comme des soeurs et comme des frères, nous devons toujours travailler dans cette oeuvre mondiale de solidarité et de fraternité.

Beaucoup, beaucoup trop, dans le monde sont privés de la dignité et de la sécurité de la société qui est marquée par le fait d'avoir les biens matériels nécessaires. Avoir une maison où demeurer, un abri où se réfugier et une maison pour sa famille, est ce que chaque être humain mérite. Notre intention de vêtir ceux qui sont nus et loger les pèlerins est partie du comment construire un monde plus fraternel et évangélique pour la réalisation du règne de Dieu (Règle 14).

Nous devons aussi prendre soin de ceux qui n'ont pas la liberté de se déplacer, comme ceux qui sont retenus dans leurs maisons pour différents motifs, ou qui se trouvent dans les hôpitaux ou dans les prisons. Le malade, la personne âgée, tous sont nos frères et nos soeurs les plus proches. Visiter les malades et les emprisonnés est un moyen privilégié d'exprimer combien Dieu nous aime.: c'est Lui qui fait le premier pas et, malgré notre capacité, c'est Lui qui s'approche. C'est d'abord Lui qui nous aime, et son amour est le véritable amour qui n'attend aucune récompense. D'autre part c'est un moment privilégié pour expérimenter ce que signifie la liberté pour Dieu: la liberté de l'esprit, la liberté de l'âme, la liberté d'aimer.

Enterrer les morts ne signifie pas seulement bien accomplir les rites funèbres mais redécouvrir la dignité humaine. Nous devrons accompagner ceux qui sont sur le point de retourner dans la maison du Père et cet accompagnement fraternel est extrêmement enrichissant pour tous. C'est un moment privilégié d'aider celui qui est prêt à passer le dernier portail et voir que sa vie sur la terre n'est qu'une brève et première partie de la vie éternelle. Le Christ et vraiment ressuscité!
Tout ceci est une partie importante de notre présence au monde et de notre agir pour la Justice, la Paix et l'Intégrité de la Création.

En outre je voudrais attirer votre attention sur le fait que les oeuvres de miséricorde spirituelle peuvent faire beaucoup pour la croissance de nos fraternités. Et quand je parle de fraternité, avant tout mais pas seulement, j'entends les fraternité locales, parce qu'elles sont le premier et le principal lieu dans lequel nous vivons notre vocation.

Les oeuvres de miséricorde spirituelle sont des actes d'amour fraternel et de compassion, qui démolit les murs, construit l'unité et rapproche de Dieu. Là où se trouve la miséricorde et le discernement, il n'y a pas de luxe superflu ni de dureté de coeur. (Adm XXVII)

Nous devons trouver ce grand trésor que Dieu nous a donné dans ces actions.
Nous devons renforcer notre formation, en termes de formation humaine, chrétienne et franciscaine. Cela devrait inclure aussi conseiller ceux qui doutent et enseigner aux ignorants. Nous sommes responsables les uns des autres, nous marchons ensemble main dans la main dans notre parcours vocationnel.

Les péchés empoisonnent les fraternités, qu'ils soient dissimulés ou évidents. Nous avons souvent peur de nous mettre en garde mutuellement, nous sommes souvent trop timides, mais nous devons mettre en garde les pécheurs et cela comme un acte fraternel, en cherchant à les amener sur une voie droite, avec un esprit d'amour et de fraternité.
L'admonition n'est jamais une condamnation ou un jugement mais une approche d'amour pour rétablir les liens fraternels blessés. Cela peut être un premier pas vers la réconciliation, en nous aidant à reconnaître les uns les autres nos péchés et à nous réconcilier avec nous-mêmes, avec Dieu et avec le prochain. La réconciliation renferme le caractère exhaustif de l'amour. De la même manière, souvent nos frères et nos soeurs, et aussi nous-même, nous ressentons une perte, nous nous sentons offensés, blessés. Nous construisons notre fraternité quand nous consolons les affligés et quand nous supportons avec patience les personnes dérangeantes. Etre patient amène la paix dans le coeur, paix qui vient du Saint-Esprit, le consolateur. C'est par ces actes que nous amenons l'esprit à la fraternité, et c'est avec cet esprit que chacun de nous peut pardonner les offenses.

Enfin, quand nous prions pour les vivants et les morts, rappelons-nous que nos fraternités sont toujours en croissance. N'oublions pas que le nombre visible des membres de la fraternité n'est pas réel. Nous avons beaucoup, vraiment beaucoup, de soeurs et de frères, saints, qui sont en train d'intercéder pour nous et qui sont de véritables membres de nos fraternités.
Avec eux nous serons l'instrument de la divine miséricorde et nous donnerons de la joie à Dieu et à nous-même.

L'année de la miséricorde est un grand trésor, une opportunité pour nous tous de grandir dans la foi et dans l'amour.

Il y a encore un autre point important, comme un bref résumé ou conclusion de ce que j'ai écrit ci-dessus. Quand nous nous rappelons la devise de cette année, nous continuons de lire l'Evangile de Luc:
Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés; pardonnez et vous serez pardonnés, donnez et l'on vous donnera; c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. (Luc 6.37-38)

Arrêtez de juger et de condamner, pardonnez et faites des dons. Trois points brefs qui sont essentiels pour notre vie fraternelle. Trois pas dans la vie spirituelle, trois pierres à empiler les unes sur les autres. La première est la condition de la deuxième et la deuxième la condition de la troisième. Nous devons d'abord arrêter de juger et de condamner, et ainsi nous serons capables de pardonner, et une fois que nous aurons pardonné nous serons capables de faire des dons à nos voisins. Souvenez-vous une bonne mesure, débordante vous sera versée dans le giron!

La miséricorde de Dieu n'est jamais un encouragement à continuer de mauvaises pratiques, mais c'est une lumière pointée sur la nouvelle voie à entreprendre. Voyons loin donc et tout de suite! Faisons en sorte que Dieu renouvelle nous-mêmes et nos fraternités!

Puisse le Christ, le Seigneur ressuscité, être notre joie et notre aide. Chacun de vous est dans mes pensées et dans mes prières.

Je vous envoie mes salutations les plus personnelles et fraternelles.

Votre frère et ministre

Tibor Kauser
Ministro Generale OFS