Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

K O I N Ō N I A
...ensemble en chemin

CONFERENCE DES ASSISTANTS SPIRITUELS GENERAUX OFS-JEFRA

2017-4                                                                             Année 24                                                                                    nr. 96              

DOC     PDF

VIVRE LE CHARISME FRANCISCAIN DANS LE MONDE CONTEMPORAIN

40 ans après Seraphicus Patriarca

 

“ALLEZ AVEC L’ÉVANGILE DANS LE COEUR ET DANS LES MAINS”[1]:

Jeunes Franciscains dans le monde

Fr. Pedro Zitha, OFM

 

INTRODUCTION

Fixant notre regard sur ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui, il est facile de comprendre que les gens ont besoin des croyants courageux qui prennent au sérieux leur identité de disciples du Christ vivant et présent dans la vie de tous. La naissance active de tant de mouvements chrétiens en est une confirmation que beaucoup sont ceux qui ont soif de la Parole de Dieu. Il est vrai que l’homme seul et sans l’aide de Dieu n’est pas à la hauteur de calmer cette soif. Pourtant, l’homme doit coopérer efficacement, et ceci advient à travers la contemplation de la Parole de Dieu dans l’Évangile.

 

L’ÉVANGILE COEUR ET SUPPORT DE NOTRE FOI

La Famille Franciscaine continue sa croissance dans diverses parties du monde grâce à l’expérience de vie évangélique dont témoignent quotidiennement soit les frères du Premier Ordre et du TOR, soit en général, la Famille Franciscaine dans son intégralité. Naturellement, en nous réjouissant pour une telle croissance, en même temps, nous avons besoin de nous demander ce que serait la Famille Franciscaine sans l’Évangile. L’Évangile est une règle de vie. C’est le cœur et le support des Chrétiens. L’Évangile est la Parole vivante qui nous nourrit et qui nous guide en ce pèlerinage terrestre. Voilà pourquoi « Le Franciscain séculier, engagé à suivre les exemples et les enseignements du Christ, doit étudier personnellement et assidûment l’Évangile et la Sainte Écriture » (cf. C.G. OFS, Art.9.2). Il doit aussi se disposer à permettre que « le verbe vienne habiter parmi nous » (cf. Jn 1 :1-18). Donc tous les croyants sont appelés à être des porteurs de l’Évangile, c'est-à-dire, porteurs de la Bonne-Nouvelle, qu’est le Christ en personne. Ceci implique la collaboration de tous parce que :  

“qu’elle aide le monde ou qu’elle reçoive de lui, l’Église tend vers un but unique : que vienne le règne de Dieu et que s’établisse le salut du genre humain…. Car le Verbe de Dieu, par qui tout a été fait, s’est lui-même fait chair, afin que, homme parfait, il sauve tous les hommes …”.[2]

Un chrétien qui ne met pas l’Évangile au centre de sa vie est un chrétien sans direction et, aussi un chrétien sans vie. Le fait que nous soyons baptisés implique que nous devrions êtres des porteurs de l’Évangile. En fait, le Christ même a envoyé ses disciples dans le monde en disant : « Allez donc: de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,  leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28:19-20). Ainsi, chaque baptisé, pour être témoin de l’Évangile, doit mourir à lui-même et laisser vivre le Christ en lui, parce que : « Morts et ressuscités avec le Christ dans le Baptême qui les fait membres vivants de l’Église, ils sont encore plus profondément unis à elle par leur engagement. ils s’efforceront donc d’être les témoins actifs de sa mission parmi les hommes, annonçant le Christ par la vie et la parole ».[3]

Avoir donc la Sainte Écriture comme guide signifie être en communion avec Dieu et donner témoignage de la propre foi. Le secret d’une famille unie est dans le fait que ses membres se retrouvent pour prier ensemble. Et si ceci est vrai pour la famille nucléaire, (père, mère et enfants) c’est d’autant plus vrai pour la famille spirituelle (franciscaine). La prière peut vraiment changer la vie parce qu’elle oriente notre attention loin de nous, orientant la pensée et le cœur vers le Seigneur. Si nous nous arrêtons seulement en nous regardant nous-mêmes, avec nos limites et nos péchés, nous laissons tout de suite l’espace  à la tristesse à au découragement. Mais si nous tenons nos yeux fixés sur le Seigneur, alors nos cœurs se remplissent d’espérance, nos pensées sont lavées dans la lumière de la vérité. Nous pouvons alors faire l’expérience que l’accomplissement de l’Évangile et qu’il est pour tous et est en plus la promesse de la vie, comme nous le rappelle le Pape Jean-Paul II. Toutes les bonnes œuvres sont le fruit autant de la prière individuelle que de celle de la famille. Et ceci est le défi que la Famille Franciscaine doit affronter aujourd’hui, se laisser guider par l’Esprit d’oraison et de dévotion qui sont la garantie de notre identité franciscaine.

 

Les Jeunes Franciscaines doivent toujours comprendre qu’ils n’appartiennent pas à un mouvement de piété, mais plutôt qu’ils approfondissent «  leur propre vocation en communion avec l’OFS »[4] qui est un Ordre de l’Église. Leur devoir à la fois simple et profond, est de « donner vie à la sagesse et aux valeurs des Évangiles et qu’ils deviennent source de transformation pour nous-mêmes »[5] et, par conséquent, pour le monde dans lequel ils vivent. Ceci est possible quand ils sont capables de porter la Parole de Dieu dans leur cœur.

L’EFFET DE L’ÉVANGILE DANS LA VIE DE FRANÇOIS

C’était exactement en 1208, quand François écoutait la lecture de l’Évangile, qu’il a commencé à comprendre que Dieu l’appelait à son service et à partir de ce moment-là , il a fait un changement radical dans son style de vie et il a commencé à suivre Dieu, en ayant le courage de renoncer au type de vie qu’il menait, pour accueillir Dieu dans son cœur. Après ce commencement, François, pour « arriver à connaitre la volonté de Dieu sur lui, a dû traverser beaucoup de passages et beaucoup d’épreuves pour réussir à découvrir la vie selon l’Évangile comme son mode et comme programme de vie et en ce temps, il a connu bien des ‘conversions’ successives »[6]. François a choisi de répondre par un oui à l’appel de donner une nouvelle direction à sa vie et ceci a été le résultat de l’écoute profonde de la voix de Dieu, soit en celle qu’il écoutât devant la croix de Saint Damien, soit celle annoncée dans l’Évangile.

Comme François, les jeunes d’aujourd’hui doivent ouvrir le cœur pour écouter la voix de Dieu qui leur parle souvent avec une voix subtile et pleine de tendresse tant  dans la vie quotidienne que dans l’Évangile. Donc il ne suffit pas d’aller à la Messe seulement parce que le Dimanche tout le monde va à l’Église. Les jeunes doivent cultiver en eux-mêmes une disponibilité° à la compréhension de la Ste. Écriture pour pouvoir retrouver la voie vers la vérité-Christ. Nous devons pourtant être conscients qu’aujourd’hui beaucoup de jeunes sont embourbés par manque de travail, que d’autres, beaucoup de fois, se sentent abandonnés. Ils ont la sensation que leur vie est sans espoir et sans but, ce qui les conduit souvent à penser que personne les écoute ou les comprend. Or, Dieu, le vrai Père, les attend à bras ouverts.

Ainsi nous pouvons dire que la situation des jeunes d’aujourd’hui ressemble à celle des premiers disciples de Jésus quand celui-ci leur a annoncé son prochain départ de ce monde. Or, Jésus, en leur voyant attristés et abattus, les a rassurés les invitant à ne pas se perdre leur âme et à avoir confiance en lui, puisqu’il ne pouvait pas les abandonner (cf. Jn 14). Cet épisode est l’un des motifs pour lequel on parle de l’efficacité de l’Évangile. La Parole de Dieu nous ranime l’âme, « La vie même de François s’est développée en contact immédiat avec l’Écriture qu’il voulait interpréter et vivre littéralement » parce que dans l’Écriture il avait trouvé la voie – Jésus-même – qu’il devait suivre ; la voie de l’amour vers les lépreux. C’est de l’écoute des Écritures que François a pu comprendre que « Le Fils de Dieu, qui est ‘Amour’, est venu sur cette terre par amour, a vécu par amour, irradiant l’amour, donnant l’amour, apportant la loi de l’amour, et est mort par amour »[7]. Donc François a pu suivre cette voie de l’amour quand il est parvenu à s’approcher des lépreux, ouvrant large ainsi de nouvelles perspectives et une nouvelle approche vers une société qui marginalisait et abandonnait les lépreux. En se rapprochant d’eux, François a entendu la voix de Jésus qui disait  « J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’avais soif et vous m’avez donnez à boire ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, en prison et vous m’avez rendu visite » (Mt. 25 :35-36). Aujourd’hui aussi, le monde attend de voir en nous, Franciscains, ces effets de l’Évangile qui pour nous est forme de vie. Dans cette crise des vocations, tant dans la vie consacrée que dans la vie conjugale, les gens attendent que la Famille Franciscaine en général, aille dans le monde, comme le dit le Pape François, avec l’Évangile dans le cœur et dans entre les mains. Ceci peut arriver seulement par « le courage et l’audace de retourner à l’essentiel de notre expérience de foi et de notre spiritualité pour nourrir, par le don libératrice de l’Évangile, notre monde divisé, inégale et affamé de sens »[8].

LES JEUNES FRANCISCAINS DANS UN MONDE MATÉRIALISTE                                                                                     

Si nous faisons une comparaison entre le temps où a vécu le jeune François d’Assise avant sa conversion et le temps dans lequel vivent les jeunes Franciscains d’aujourd’hui, nous pouvons trouver beaucoup d’analogies, soit en ce qui regarde le concept de matérialisme soit par l’interprétation du consumérisme qui en dérive. Or, dans les deux cas, au temps de François et aujourd’hui, Dieu continue à se révéler comme le Père qui vient toujours à la rencontre de ceux qui le cherchent avec un cœur sincère. François fût totalement immergé dans un tel monde, mais il s’est laissé illuminer et guider par Jésus, humble et pauvre. François s’est dénudé devant tout le monde et il a commencé un nouveau chapitre de sa vie, laissant la richesse de ce monde pour le règne de Dieu. Il s’est confié à la Providence de Dieu et non aux choses de ce monde et, petit à petit, il a commencé à bien comprendre qu’il y a une grande différence entre la richesse de ce monde et celle d’avoir Dieu Lui-même.  « Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ce qui est en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu;  2 c'est en haut qu'est votre but, non sur la terre » (Col 3 :1-2).

Beaucoup de jeunes Franciscains d’aujourd’hui sont prêts à imiter François et ceci se voit dans leur enthousiasme à  trouver le temps pour Dieu. Dans leur rencontres, on perçoit le même Esprit Saint, qui a poussé le jeune François à écouter Dieu et à suivre son appel à réparer la maison qui était en train de tomber en ruine, cet Esprit souffle encore dans le monde d’aujourd’hui. En écoutant les témoignages des jeunes Franciscains dans diverses rencontres – locales, nationales ou internationale – souvent on comprend que les jeunes Franciscains ne se sont pas totalement perdus dans le monde matérialiste et qu’ils ont grand besoin d’avoir un guide spirituel pour mieux comprendre l’importance de la prière, la valeur de l’engagement assidu de contemplation de la Parole de Dieu dans leur vie quotidienne, affin de se libérer de l’esclavage du matérialisme et commencer à découvrir la joie leur donne l’Évangile. L’OFS et la Conférence des Assistants Spirituels (CAS) ne doivent jamais oublier que les jeunes pourront retrouver la joie de la contemplation de l’Évangile, seulement par l’accompagnement spirituel et que donc, grâce à ceci, ils pourront valoriser le sens de la découverte du Christ dans la vie quotidienne et comprendre la phrase : « Si nous libérons l’Évangile, l’Évangile nous libérera » [9]. Tout ceci est possible seulement quand nous nous rendons disponibles pour écouter et méditer la Parole de Dieu. Sans doute, les jeunes Franciscains, même s’ils se trouvent entourés du consumérisme, sont capables de retrouver le courage de vivre leur fidélité à l’Évangile et au charisme franciscain. La fidélité exige un choix de vie. La fidélité est soutenue par le courage et par l’espérance que le Christ vient toujours à notre rencontre pour nous sauver. Les jeunes Franciscains auront toujours l’intelligence pour comprendre que “L’Écriture n’est pas seulement le produit d’une histoire passée mais est aussi et en même temps la déclaration ou prédiction du futur, qui en partie est déjà passé et, en partie, est encore à venir »[10]. Aller avec l’Évangile dans le cœur et entre les mains est exactement ceci : « se mouvoir à partir de la foi en Christ et vivre d’elle dans le monde d’aujourd’hui, et celle-ci est la foi qui déplace les montagnes du matérialisme »[11].

CONCLUSIONS

Dans cette brève réflexion sur le sens de ce que le Pape François propose aux jeunes d’aujourd’hui, c'est-à-dire « aller avec l’Évangile dans le cœur et entre les mains », nous avons cherché à souligner certains points qui peuvent faire mieux comprendre ce que Jésus nous rappelle quand il dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles de passeront pas » (Lc 21 :33). L’Évangile, c'est-à-dire la Parole de Dieu, doit être écoutée dans le cœur, le cœur qui a besoin de Dieu. Dieu nous a donné son Fils, Jésus Christ, la Parole vivante et efficace pour notre salut. Le salut qui vient de lui  est gratuit. Toutefois, notre disposition à le recevoir est fondamentale affin que nous puissions être transformés en ce que nous croyons et, devenir ainsi porteurs de l’Évangile aux autres.

NOUVELLES – CHAPITRES – VISITES – REUNIONS

Guatemala – Chapitre national électif

Le Chapitre national électif de L’Ordre Franciscain Séculier (OFS)  de Guatemala a eu lieu du 11 au 13 Aout dans la salle Paroissiale de l’Eglise de Concepción las minas.  Il y avait 60 capitulaires représentant les 20 Régions. Le chapitre fut présidé par Morena Deleon  déléguée de Tibor Kauser, Ministre général OFS, qui fut assistée par Fr Marvin Alex. Melgares M., OFMCap. délégué de la Conférence des Assistants Spirituels, (CAS). Mariano Rodríguez Revolorio fut élu aux doubles fonctions de Ministre National et conseiller internationale. Deux Assistants furent présents: Fr Ramón OFM, et Fr Marvin Alex Melgares M., OFMCap.

Thaïlande – Chapitre national électif 

Le chapitre National électif de l’OFS de la Thaïlande a été tenu du 29 Septembre au 1 Octobre 2017 au complexe “Portiuncola House of Franciscan Sisters of the Immaculate Conception of the Holy Mother of God” (SFIC), à Ubonratchathani. 17 Capitulaires ont participé en présence de Fr Francis Xavier Sutarja, OFM, délégué de la CAS, qui a présidé la Messe d’action de grâce, ainsi que Sr. Lita, SFIC, assistant spirituel de trois fraternités locales. Ledit chapitre fut présidé par Augustine Yoon, Conseiller de la Présidence CIOFS. Dans l’après midi du 30 Septembre, le nouveau Conseil national fut élu.  Lucia Supanee Khamwan fut élue Ministre Nationale et Teresa Aphiradee Samerphithak, Vice-ministre; Mary Magdelena de Pazzi Sujittra Phongvivat, Conseillère internationale. Le chapitre a été célébré dans un esprit très fraternel.

Hrodna, Biélorussie – III Chapitre national électif

Le 3è Chapitre national électif de l’OFS en Biélorussie a eu lieu au séminaire Diocésain de Hrodna, Biélorussie, du 13 au 15 Octobre 2017, et fut présidé par Anna Sowińska OFS, délégué par Tibor Kauser, Ministre général OFS, et accompagnée par Fr Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant spirituel général. Le thème du Chapitre fut “Soyez donc saints, parce que je suis saint” (Lv 11, 45). La Messe d’ouverture a été présidée par Mgr. Aleksander Kaszkiewicz, Ordinaire de Hrondna, président de la Conférence épiscopale de Biélorussie, dans l’Eglise Sainte Marie des Anges, desservie par les Frères OFMConv. Pendant la session élective, 31 des 39 capitulaires convoqués furent présents avec deux Assistants Spirituels (Fr. Antoni Porzecki OFMConv e Fr. Jaroslaw Kryłowicz OFMCap) et 5 Assistants locaux. Sur demande du Conseil national sortant, Anna Sowińska a fait deux présentations : « Le sens de l’héritage de Honorat Kozminski pour la spiritualité de l’OFS » et « la fidélité de la vocation et l’amour pour les personnes en Saint Maximilien Kolbe ». Fr Amando pour sa part a fait une présentation sur le thème « La fidélité de la vocation OFS dans le monde moderne ». Samedi, l’Eucharistie a été célébrée dans la chapelle du Séminaire ensemble avec les séminaristes et leurs formateurs, présidée par Fr Aleh Shenda OFMCap., Custode en Biélorussie. Fr Amando a prononcé l’Homélie. Le même jour, Maria Etol a été élue pour un troisième et dernier mandat comme ministre nationale. Anna Sowińska et Fr Amando ont rencontré le nouveau ministre et le Conseil national pour présenter diverses recommandations. Dimanche, Fr Antoni a présidé l’Eucharistie de clôture dans l’Eglise Sainte Marie des Anges durant laquelle le nouveau ministre et le conseil ont été installés par Anna Sowińska. Le chapitre a continué avec la discussion et le vote des priorités pour les prochaines trois années, et s’est achevé  par les remerciements exprimés, suivis d’un repas fraternel.

Tahiti – Chapitre national électif

Le chapitre National électif de la Fraternité spéciale de Tahiti a été célébré le 28 Octobre 2017 au couvent des Sœurs Clarisses en Punaauia, Papeete. Le chapitre fut présidé par Chantal Healy, OFS (Nouvelle Zélande) déléguée par Tibor Kauser, Ministre Général OFS. Elle fut assistée par Fr André Chicoine, OFMCap. (Canada) délégué de la CAS. Les deux fraternités locales en Tahiti, celle de Papeete et une autre naissante à Raiatea à 229 Km de Papeete sont actuellement assistées par Sœur Hélène Roy, Clarisse. 27 capitulaires ont été présents. Les personnes suivantes ont été élues pour animer et guider la Fraternité de Tahiti : Terorotua Lélia (Ministre); Dauphin Moea (Vice-Ministre); Teaniniuraitemoana Laysa (Secrétaire); Mateau Hulada (trésorière); Chand Mireille (Formatrice). Les frères et sœurs de Tahiti ont beaucoup apprécié la présence de Chantal Healy et Fr André Chicoine au chapitre.

ROME – RÉUNION DE LA PRÉSIDENCE CIOFS

La deuxième réunion de la Présidence CIOFS pour l’année 2017 s’est tenue à Rome au Collège International Seraphicum des Frères Mineurs Conventuels du 28 Octobre au 3 Novembre. Tous les membres de la Présidence ont été présents. Les différentes commissions, comme celle de la Formation, de la Justice, Paix et Intégrité de la création, celle de la Famille, de la Communication et de la JeFra ont présenté les résultats de leur travail et les perspectives pour le futur. Pendant la session dédiée à la JeFra et aux  JMJ de Panama, Fr Jaroslaw Wysoczanski, Secrétaire général pour l’animation missionnaire des Conventuels a participé. Les conseillers et conseillères des zones ont présenté les travaux réalisés dans les six derniers mois surtout concernant les chapitres nationaux. Le Présidence a évalué positivement les diverses initiatives du Projet-Afrique. Fr. Amando, TOR, président actuel de la CAS, a présenté les activités des membres de la CAS. Du temps à été aussi dédié pour discuter sur la célébration de l’année Jubilaire de la Règle qui commencera le 24 Juin 2018 pour s’achever le 24 Juin 2019. Un temps important a été consacré à la programmation du Chapitre général qui suivait immédiatement la réunion de la Présidence. Diverses commissions de la Présidence ont saisi l’occasion de se réunir durant ces jours. Tous ont vécu des jours de fraternité, de collaboration et de joie franciscaine.

Rome – Chapitre Général Intermédiaire

Le XVe Chapitre général Ordinaire de l’Ordre Franciscain Séculier (OFS) a eu lieu au Collège Séraphique à Rome du 4 au 12 Novembre 2017, avec la participation de 124 personnes – capitulaires, observateurs, invités, orateurs, et groupes d’appui – provenant de 75 nations. Les capitulaires ont célébré come une véritable fraternité internationale le don de la vocation franciscaine séculière à « reconstruire » l’Eglise (CC.GG 100.1) et à édifier un monde plus juste et fraternel (CC.GG. 20.2). L’Eucharistie d’ouverture a été présidée par le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État, et les autres célébrations ont été présidées par les trois Ministre généraux   –Fr. Michael Perry, OFM; Fr. Marco Tasca, OFMConv, et Fr. Mauro Jöhri OFMCap – et les Assistants généraux. La proclamation de la Parole de Dieu, la prière et le chant ont fait que tous se sont sentis vraiment membres d’un même corps, le corps du Christ !

Le travail capitulaire a commencé par l’écoute et la discussion de diverses rapports : Le Ministre général et la Présidence du Conseil International de l’OFS (CIOFS), le Trésorier général et la Conférence des Assistants généraux (CAS). Le thème central du chapitre fut : « Comme Tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyé dans le monde » (Jn 17 :18) . Il a  été présenté par Michel Versteegh OFS (Pays Bas), qui a partagé son expérience de foi vécue en famille, dans la Paroisse, au travail comme cardiologue chirurgien et dans la fraternité OFS. Sa présentation a mis en évidence le fait que son travail et sa préparation du travail (cf. CC.GG. 20.2) sont directement liés à son identité et à sa mission comme franciscain séculier. L’un des moments les plus attendus a été la présentation, l’analyse et la discussion de l’Instrumentum Laboris, dont le titre est  « Comment gérer un Ordre comme l’OFS à tous ses niveaux ? ». Les travaux de groupe et les discussions successives en sessions plénières ont été des aspects décisifs pour les résultats du chapitre, ainsi que le travail de la commission pour la rédaction du Document final. Les capitulaires ont été appelés en divers moments à développer le sens de l’appartenance et à agir  en coresponsabilité pour soutenir la vie et la mission de la fraternité de l’OFS à tous les niveaux. En ce qui concerne la réalité et les perspectives de la Jeunesse Franciscaine (JeFra), il a été souligné l’importance de la nomination des animateurs fraternels OFS et de la promotion de la double appartenance à l’OFS et à la JeFra.

Pendant le chapitre, le Ministre général a annoncé l’ouverture d’une année jubilaire (24.06.2018 – 24.06.2019) pour commémorer le 40ème anniversaire de la Règle de l’OFS que le Pape Paul XVI approuvât le 24 Juin 1978, par la lettre Apostolique, Seraphicus Patriarcha. Au milieu du programme, les capitulaires sont allés au Monte Subiaco pour visiter les Abbayes de Sainte Scholastique et Saint Benoît, où saint François a vécu quelques mois, et enfin ils ont célébré l’Eucharistie. Deux tables-rondes ont présenté soit des exemples pratiques du vécu de la Règle OFS dans le monde, soit des arguments relatifs à la gestion future de l’Ordre. Puis les capitulaires, ont été édifiés par la présentation des biographies de deux Bienheureux de l’OFS : Lucien Botovasoa et Frans Jägerstätter, et de l’explication sur le process de la postulation des saints. Les capitulaires ont aussi célébré des soirées fraternelles lors desquelles ils ont partagé avec joie leurs diversités culturelles et ont échangé des cadeaux provenant de leur nation. Dans la dernière session, les capitulaires ont approuvé diverses résolutions du travail du chapitre et le budget pour les prochaines trois années. Après la liturgie conclusive, les capitulaires ont pris part à la dernière soirée fraternelle pour les remerciements et les adieux.

Temps Fort – Collège Santa Maria, Syracuse, TOR

La rencontre annuelle pour la vérification et la programmation des Assistants généraux OFS-JeFra s’est tenue au Collège Santa Maria à Syracuse chez les Frères du TOR, du 13 au 18 Novembre 2017. Ils sont arrivés à Catane par avion depuis Rome, puis par taxi jusqu’à Syracuse. Les jours du Mardi 14 à Vendredi 17, ont été des jours de travail intense, mais aussi des jours de fraternité et de partage selon l’ordre du jour qui a été adopté et approuvé au début des travaux. Par manque d’internet, les textes ont toujours été partagé par clé USB. Tous se sont bien adaptés. Nous avons fait l’évaluation de l’année 2017 et du chapitre général qui venait de s’achever. Nous avons aussi discuté et pris diverses décisions en ce qui concerne le travail de la Conférence des Assistants généraux (CAS) : nos tâches liturgiques pendant les rencontres de la Présidence du CIOFS ; les thèmes du bulletin Koinonia de l’année 2018 ; notre collaboration au sein des projets et commissions de la Présidence ; la façon de rendre plus efficace nos visites pastorales etc. De plus, nous avons programmé nos tâches pour l’année prochaine. Le Temps Fort en Sicile a été une occasion pour beaucoup de nous de connaitre la réalité sicilienne. Ainsi, lors des pauses et des temps libres, nous avons visité quelques lieux symboliques tel que la Basilique de Sainte Lucie et le théâtre grec. Le vendredi le 17, mémoire de Ste. Élizabeth, Patronne de l’OFS, nous avons célébré la Sainte Messe au Sanctuaire Notre Dame des Larmes. Les quatre Assistants sont très reconnaissants pour l’accueil fraternel et généreux qu’ils ont reçu de la Fraternité TOR pendant ce Temps Fort. Les travaux achevés, nous sommes tous rentrés à Rome le Samedi 18.

Grèce – Chapitre électif

Le chapitre de la Fraternité de Grèce fut célébré le 10 Décembre 2017 au Couvent des Frères Mineurs Capucins de Iera Moni Aghiou Frankiskou à Athènes. 13 membres furent présents parmi lesquels 6 capitulaires et les aspirants. Fr. Giuseppe Dalesios OFMCap., fut présent pour le chapitre. Il faut préciser  que c’est un frère qui est en fauteuil roulant depuis bien 25 ans, après une chute dans le vide d’un ascenseur. Le chapitre commença par la célébration de la Sainte Messe avec les Paroissiens, la Messe a été présidée par Fr. Giulio, le gardien du Couvent, et concélébrée par Fr. Alfred Parambakathu OFMConv., Assistant général OFS-JeFra, et Fr. Iosif Dalesios. Le chapitre fut présidé par Attilio Galimberti, Conseiller de la Présidence CIOFS pour l’aire. Au début du chapitre, la ministre sortante, Marthi Voutinou, présentât un rapport sur les trois dernières années. Après quelques brefs messages d’Attilio et de Fr. Alfred, les capitulaires procédèrent à l’élection. Maria Varthaliti fut élue Ministre (premier mandat) et Nona Villanueva fut élue Vice-ministre. La Fraternité d’Athènes est composée des Séculiers provenant des Philippines  et de l’Albanie, en plus des Grecs. En ce sens, c’est une communauté internationale. Le chapitre fut tenu dans un climat de fraternité franciscaine et familiale.

Rome – Vœux de Noël

L’échange des vœux de Noël s’est fait au Secrétariat CIOFS, jeudi le 14 décembre dans la simplicité et la joie franciscaines. A cette occasion 11 personnes étaient présentes pour l’événement fraternel désormais traditionnel : 3 Assistants généraux OFS (excepté Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, absent de Rome) ; le Ministre général OFS, Tibor Kauser ; la secrétaire générale, Isabella di Paola ; le Trésorier général, Lucio Monti et son Épouse, Giovanna ; Benedetto Lino, OFS, ex-conseiller général ; les adjointes à la Secrétaire générale, Isabella et Laura et Madame Antonella. Le programme officiel a commencé à 12h45 par la prière du milieu du jour, guidée par Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap. Pendant celle-ci Fr. Alfred Parambakathu, OFMConv. a donné une courte réflexion sur la Parole de Dieu et Noël. Ceci fut suivi par quelques chants de Noël, préparés et dirigés par Fr. Pedro Zitha, OFM. Suivit alors le repas, préparé comme d’habitude avec beaucoup de soin par Lucio, cette fois-ci aidé dans la cuisine par Madame Antonella. Au nom du Ministre général, la Secrétaire générale, Isabella fit à tous un cadeau pour Noël. Tous se sont séparés avec des accolades fraternelles et les échanges des vœux de joyeux Noël. Tout était fini vers 15:30. 

[1] Cf. Pape Françoiss aux Jeunes, visite Pastorale à Assise, 04/10/2014

[2] Concile Vatican II, Constitution Pastorale, Gaudium et Spes, n°. 45.

[3]Règle OFS, 6.

[4]CC.GG. 96.2

[5] The Nature of the secular Franciscan Order, Adapted by Bob Fitzsimmons, SFO, p. 3.

[6] creta.altervista.org/joomla/images/stories/francesco/Acausadellaguerra.pdf

[7] http://www.ilcristiano.it/articolo.asp?id=107

[8] Cfr. Il Signore vi dia Pace, Document final du Chapitre général OFM, Rome 1995, 2.

[9] Cfr. Con lucidità e audacia: in tempi di rifondazione; le rapport du Ministre général Fr. José R. Carballo, OFM., Chapitre Général Extraordinaire, Verna- Assise 2006. P11

[10] Cfr. Les fiches historiques de Hex, XV-XVI, présentées au chap. I, par. 5.

[11]Cfr. Con lucidità e audacia; in tempi di rifondazione. Fr. José R. Carballo, OFM, p.17