Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

K O I N Ō N I A

... ensemble en chemin

CONFERENCE DES ASSISTANTS GENERAUX OFS-JEFRA

2015 – 3 Année 22 n. 87

 DOC,  PDF

 

IMPORTANCE DE LA FAMILLE POUR L’OFS ET LA JEFRA

LES DEFIS PASTORAUX DE LA FAMILLE

DANS LE CONTEXTE  DE L’EVANGELIZATION

Fr. Amando Trujillo Cano, TORFr. Martín Bitzer , OFMConvAma

Introduction

Le titre de l'article présent, "Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation", est pris du  sujet abordé durant la III Assemblée Générale Extraordinaire du Synode des Évêques, célébrée au Vatican du 5 octobre au 19 octobre 2014. Le même titre a été repris par le "Instrumentum laboris" de ladite Assemblée et par le Document final, élaboré par les Pères synodaux et dénommé "Relatio Synodi" ', et qui a été par la suite consigné  au Pape François. L'importance de ces conclusions réside à ce qu'elles ont repris la réflexion des Pères synodaux et ont servi, avec les observations provenant des diverses conférences épiscopales du monde, d'une base pour la préparation de la XIVè Assemblée Générale Ordinaire (4-25 octobre 2015) sur le thème: "La vocation et la mission de la famille dans l'Église et dans le monde contemporain".

 

Cet article essaie d'être une présentation générale et synthétique dudit document conclusif, la "Relatio Synodi", qui est divisé en trois parties principales (cf. n. 4), encadrées par une Introduction et un Conclusion.

 

Dès le début, le ton du document est clairement pastoral, puisqu'il s’adresse "à toutes les familles du monde avec ses joies, ennuis et espérances" (n. 1) et exprime l’estime, la reconnaissance et l’aspiration de toute l'église et du Synode à ces familles qui vivent avec une fidélité généreuse leur vocation et mission, en plus au milieu de grandes difficultés. Le document rappelle que "la famille est une école authentique d'humanité", à plus forte raison dans les circonstances actuelles de crise répandue dans lesquelles l'Église désire "annoncer sans trêve et avec une conviction profonde l ' Évangile de la famille '" (n. 2). La Relatio reprend l'invitation que le Pape François faisait au Synode des Évêques de vivre la collégialité épiscopale comme un chemin de discernement spirituel et pastoral qui cherche " la double écoute des signes de Dieu et de l’histoire des hommes, ainsi que dans la double et unique fidélité qui s’ensuit "(n. 3).

I° Partie – L’écoute: le contexte et les défis de la famille

Cette section s’ouvre avec un regard sur l'actuelle contexte socioculturel de la  famille "dans toute sa complexité, dans ses lumières et ombres" (n. 5). Fidélité à l'enseignement du Christ on prévient que " Le changement anthropologique et culturel influence aujourd’hui tous les aspects de la vie et requiert une approche analytique diversifiée ". On mentionne alors deux aspects positifs qui se perçoivent dans quelques lieux: "la plus grande liberté d’expression et la plus grande reconnaissance des droits de la femme et des enfants ". Par la suite on énumère une série de défis (cf. n. 5-6) : l'individualisme exaspéré, la crise de la foi, la solitude, la sensation générale d'impuissance face à la réalité socio-économique, la pauvreté croissante et la précarité du travail, une fiscalité trop haute, le désintéressement des institutions envers la famille, etc.

Des défis particuliers existent de plus dans des contextes déterminés (cf. n. 7-8) : la polygamie, le "mariage par étapes", les mariages combinés, les mariages mixtes et en disparité de culte (lesquels représentent aussi une "bonne possibilité pour favoriser l'esprit œcuménique et le dialogue"), la cohabitation qui précède le mariage ou qui n'est pas orientée à celui-ci, la législation civile qui compromet le mariage et la famille, la sécularisation, les enfants qui naissent hors mariage et croissent avec le seul l'un des parents ou dans un contexte familial élargi ou reconstitué, le nombre croissant de divorces, l'absence fréquente des parents, la discrimination de la femme et la sanction de la maternité,  la violence contre la femme, incluse la mutilation génitale, l'exploitation sexuelle de l'enfance, la détérioration familiale dans les sociétés qui souffrent la violence, la guerre, le terrorisme et le crime organisé, les enfants de la rue et des migrations.

Le document remarque en plus qu'actuellement beaucoup de personnes manifestent " un plus grand besoin de prendre soin de leur personne, de se connaître intérieurement, de mieux vivre en harmonie avec leurs émotions et leurs sentiments, de chercher des relations affectives de qualité " (n. 9). Dans ce contexte, l'Église a le défi d’"aider les couples à mûrir dans la dimension émotionnelle et dans le développement affectif, grâce à la promotion du dialogue, de la vertu et de la confiance dans l’amour miséricordieux de Dieu. Le plein engagement exigé dans le mariage chrétien peut constituer un fort antidote à la tentation d’un individualisme égoïste" (n. 9).

Quelques défis sont aussi remarqués dans le domaine de l'affectivité (cf. n. 10) : les tendances culturelles qui soutiennent une affectivité sans limites; une affectivité narcissiste, instable et changeante; la diffusion de la pornographie et la commercialisation du corps; la prostitution forcée, le sentiment d'insécurité et d'indécision de la part des conjoints et le manque de croissance dans la vie émotionnelle et sexuelle; les séparations et les divorces; la décroissance démographique qui met en danger l'avenir générationnel, le bien-être économique et l'espérance; le progrès des biotechnologies, etc.

Ce contexte représente un défi pour la pastorale de l'Église qui se sent appelée à dire "une parole de vérité et d’espérance ". Les Pères synodaux remarquent la convenance de reprendre à proposer " les grandes questions sur la signification de l’être humain " et les "grandes valeurs du mariage et de la famille chrétienne … même à une époque marquée par l’individualisme et par l’hédonisme ". Ils exhortent de plus à "accueillir la personne avec son existence concrète" et rappellent que le message chrétien harmonise la miséricorde avec la vérité, "qui convergent dans le Christ " (n. 11).

II° Partie – Le regard fixé sur le Christ: l’Evangile de la famille

La condition décisive pour affronter les défis contemporains est de maintenir fixe le regard sur Jésus-Christ, ainsi, "de nouvelles routes et des possibilités impensables s’ouvrent " (n. 12). En reconnaissant une pédagogie progressive divine par laquelle "Dieu communique à l'humanité la grâce de l'alliance", la Relatio affirme qu’"il faut comprendre la nouveauté du sacrement nuptial chrétien dans la continuité avec le mariage naturel des origines. Nous comprenons ici la façon d’agir salvifique de Dieu, aussi bien dans la création que dans la vie chrétienne" (n.13).

Jésus réaffirme dans les évangiles l'union  indissoluble entre l'homme et la femme et "Jésus montre que la condescendance divine accompagne toujours le chemin de l’homme, par sa grâce elle guérit et transforme le cœur endurci en l’orientant vers son origine, à travers le chemin de la croix". Son exemple par rapport à la famille "est paradigmatique pour l'Église" et, au moyen de l'application de son enseignement, il manifeste la "vraie signification de la miséricorde" (n. 14), en conduisant le pécheur avec amour au repentir et à la conversion.

Le document affirme que l’"alliance nuptiale, inaugurée dans la création et révélée dans l'histoire du salut, reçoit la pleine révélation de sa signification dans le Christ et dans son Église. Du Christ, et à travers l'Église, le mariage et la famille reçoivent la grâce nécessaire pour témoigner de l'amour de Dieu et pour vivre la vie de communion" (n. 16).

La Relatio rappelle que la Gaudium et Spes dédie tout un Chapitre "à la promotion de la dignité du mariage et de la famille", en définissant "le mariage comme communauté de vie et d'amour". De plus, il affirme que "le véritable amour conjugal implique le don réciproque de soi, inclut et intègre la dimension sexuelle et l’affectivité, en correspondant au dessein divin " (cfr. Gaudium et Spes, 48-49), et "souligne l'enracinement dans le Christ des époux : le Christ Seigneur “ vient à la rencontre des époux chrétiens dans le sacrement du mariage ", et demeure avec eux. […] De cette façon, les époux sont consacrés et, par une  grâce spécifique, ils édifient le Corps du Christ et constituent une Église domestique, de façon à ce que l'Église, pour comprendre pleinement son mystère, regarde-t-elle la famille humaine qui le manifeste d'une manière authentique "(n. 17).

Ensuite, le document fait un parcours synthétique des éléments centraux du Magistère des Pontifes post-Vatican II : l’Encyclique Humanae Vitae de Paul VI; la Lettre aux familles (Gratissimam Sane) et l'Exhortation Apostolique Familiaris Consortio de Saint Jean Paul II; les Encycliques Deus Caritas Est et Caritas in Veritate, de Benoit XVI, et l'Encyclique le Lumen Fidei du Papa François (n. 18-20).

La Relatio ajoute que "Dieu consacre l’amour des époux et confirme son indissolubilité, en leur offrant son aide pour vivre la fidélité, l’intégration réciproque et l’ouverture à la vie. Par conséquent, le regard de l’Église se tourne vers les époux comme vers le cœur de la famille entière qui tourne à son tour son regard vers Jésus" (n. 21). On admet de plus que: " Il existe, par ailleurs, des éléments valides aussi dans certaines formes à l’extérieure du mariage chrétien – mais toujours fondé sur la relation stable et vraie entre un homme et une femme - que nous considérons, quoi qu’il en soit, comme étant orientées vers lui." (n. 22).

Le document loue le témoignage des familles qui vivent fidèlement l'enseignement de l'Évangile. En reconnaissant la " Sainte Famille de Nazareth" comme "modèle admirable", il affirme aussi que "L’Évangile de la famille nourrit également ces germes qui attendent encore de mûrir et doit prendre soin des arbres qui se sont desséchés et qui ont besoin de ne pas être négligés." (n. 23). Par cela il indique que, " sans diminuer la valeur de l’idéal évangélique, il faut accompagner avec miséricorde et patience les étapes possibles de croissance des personnes qui se construisent jour après jour " (n. 24).

S’agissant des "personnes qui ont contracté un mariage civil, qui sont divorcées et remariées, ou qui vivent simplement en concubinage " (n. 25) et les jeunes qui se méfient de l'engagement conjugal, l'Église doit manifester  la "pédagogie divine de la grâce" dans la vie de ces personnes "et à les aider à atteindre la plénitude du dessein de Dieu pour eux". Cela requiert une attention pastorale miséricordieuse et encourageante (n. 26), " accompagner dans le développement menant au sacrement du mariage " (n. 27), à partir d’un "amour miséricordieux ... qui … transforme et élève ...  C’est également ainsi que nous comprenons l’attitude du Seigneur, qui ne condamne pas la femme adultère, mais lui demande de ne plus pécher (n. 28)".

III° Partie – Confrontation: perspectifs pastoraux

La Relatio Synodi énumère aussi "quelques questions pastorales plus urgentes" qui doivent être illuminées avec l'annonce de l'Évangile de la famille. L'Église est appelée de donner ladite annonce "avec tendresse de mère et clarté de maîtresse, dans la fidélité au kénose miséricordieux du Christ. La vérité est incarnée dans la fragilité humaine non pour la condamner, mais pour la sauver" (n. 29).

" Les Pères synodaux ont souligné à plusieurs reprises que les familles catholiques sont appelées, en vertu de la grâce du sacrement nuptial, à être elles-mêmes des sujets actifs de la pastorale familiale" (n. 30). Pour que cela soit réalisé, il est nécessaire " de mettre en relief la primauté de la grâce et donc les possibilités que donne l’Esprit dans le sacrement. Il s’agit de faire en sorte que les personnes puissent expérimenter que l’Évangile de la famille est une joie qui « remplit le cœur et la vie tout entière. »"(n. 31)

" C’est pourquoi une conversion missionnaire est demandée à toute l’Église : il est nécessaire de ne pas s’en tenir à une annonce purement théorique et détachée des problèmes réels des gens. " (n. 32). " L’annonce doit faire connaître par l’expérience que l’Évangile de la famille est une réponse aux attentes les plus profondes de la personne humaine " (n. 33). Le document souligne aussi l'importance  de la lecture "orante et ecclésiale de l’Écriture Sainte " l’ensemble de la pastorale familiale. (n. 34)

" En même temps, de nombreux Pères synodaux ont insisté sur une approche plus positive des richesses des diverses expériences religieuses, sans pour autant passer sous silence les difficultés " (n. 35). " Le mariage chrétien est une vocation qui s’accueille par une préparation adéquate au long d’un itinéraire de foi, avec un discernement mûr " (n. 36). D’où " la nécessité d’un renouveau radical de la pratique pastorale à la lumière de l’Évangile de la famille" (n. 37). Une évangélisation se fait nécessaire aussi qui "dénonce avec franchise les conditionnements culturels, sociaux et économiques, … qui empêchent une vie familiale authentique." (n. 38).

La Relatio demande aussi le renouvellement de la préparation des futurs époux, en incluant spécialement " une plus grande implication de l’ensemble de la communauté  chrétienne" (n. 39). De plus, elle remarque l'importance d’un "accompagnement pastoral qui continue après la célébration du sacrement". (n. 40)

" Tout en affirmant clairement le message chrétien, nous devons aussi indiquer, dans notre proposition ecclésiale, des éléments constructifs dans ces situations qui ne correspondent pas encore ou qui ne correspondent plus à cet idéal." (n. 41)  Dans lesdites situations se trouvent un « nombre croissant de couples vivent ensemble ad experimentum, sans aucun mariage ni canonique, ni civil » ", dans de diverses formes et pour des causes distinctes. (n. 42)  "Il s'agit de les accueillir et de les accompagner avec patience et douceur". (n. 43)

" L’expérience montre qu’avec une aide appropriée et par l’action réconciliatrice de la grâce, bon nombre de crises conjugales sont surmontées d’une manière satisfaisante." (n. 44). Pour tel motif, " les Pères synodaux ont ressenti l’urgence d’itinéraires pastoraux nouveaux " (n. 45). " Chaque famille doit tout d’abord être écoutée avec respect et avec amour, en nous faisant compagnons de route comme le Christ le fit avec les disciples sur le chemin d’Emmaüs ". (n. 46)  " La souffrance de ceux qui ont subi injustement la séparation, le divorce ou l’abandon doit être accueillie et mise en valeur, de même que la souffrance de ceux qui ont été contraints de rompre la vie en commun à cause des mauvais traitements de leur conjoint ". (n. 47)

Aussi quelques propositions ont été faites pour simplifier "les procédures pour la reconnaissance des cas de nullité" (n. 48), en soulignant la "responsabilité de l'Évêque diocésain". (n. 49)  Des propositions pastorales concrètes ont été faites pour l'attention aux divorcés (n. 49-53) et on parle brièvement des "problématiques relatifs aux mariages mixtes" (n. 54).

Les critères de base sont repris pour l'attention pastorale aux personnes avec une orientation homosexuelle, en dénonçant quelques pressions sociales et économiques à ce sujet (n. 55-56). 
Face à la diffusion d’une " mentalité qui réduit l’engendrement de la vie à une variable du projet individuel ou de couple ", les Pères synodaux ont rappelé que "L’ouverture à la vie est une exigence intrinsèque de l’amour conjugal. À cette lumière, l’Église soutient les familles qui accueillent, éduquent et entourent de leur affection les enfants en situation de handicap" (n. 57). De plus, ils ont affirmé qu'il faut "redécouvrir le message de l’Encyclique Humanae Vitae de Paul VI, qui souligne le besoin de respecter la dignité de la personne dans l’évaluation morale des méthodes de régulation des naissances. L’adoption d’enfants, orphelins et abandonnés, accueillis comme ses propres enfants, est une forme spécifique d’apostolat familial. " (n. 58).

Le document réitère qu'il est important  "aider à vivre l’affectivité, notamment dans le lien conjugal, comme un chemin de maturation, dans l’accueil toujours plus profond de l’autre et dans un don toujours plus entier. En ce sens, il faut réaffirmer la nécessité d’offrir des itinéraires de formation qui nourrissent la vie conjugale, de même que l’importance d’un laïcat pouvant offrir un accompagnement fait de témoignages vivants" (n. 59).

Le dernier sujet affronté par la Relatio est "le défi éducatif, rendue plus exigeante et complexe en raison de la situation culturelle actuelle et de la grande influence des médias ". Les Pères synodaux ont insisté sur ce que " parents puissent librement choisir le type d’éducation à donner à leurs enfants selon leurs convictions " (n. 60) et sur le "rôle précieux de soutien aux familles" qu’a l'Église, à laquelle il est demandé " de soutenir les parents dans leurs efforts éducatifs, en accompagnant les enfants, les adolescents et les jeunes dans leur croissance, grâce à des parcours personnalisés, capables d’introduire au sens plénier de la vie et de susciter des choix et des responsabilités vécus à la lumière de l’Évangile."  Et ils ajoutent : "La pastorale et une dévotion mariale sont un point opportun de départ pour annoncer l'Évangile de la famille” (n. 61).

Le document conclut avec une expression d'espoir et de  confiance en Dieu, ainsi que d’engagement à suivre le processus initié : "le cheminement collégial des évêques et la participation de l’ensemble du peuple de Dieu sous l’action de l’Esprit Saint, en ayant pour modèle celui de la Sainte Famille, pourront nous guider pour trouver des voies de vérité et de miséricorde pour tous."  (n. 62).

 Rendons grâce à Dieu pour l'intérêt que les pasteurs de l'Église ont montré pour une réalité aussi importante et décisive pour le présent et l'avenir de l'humanité et de l'Église même.

 

NOUVELLES  – CHAPITRES – VISITES – RENCONTRES

 

Porto Rico – Chapitre national électif

Le Chapitre national électif de l'OFS de Porto Rico a été célébré du 26 au 28 juin 2015 à San Juan. Des 39 capitulaires convoqués, 30 ont été présents ainsi quatre observateurs. Plusieurs Fraternités sont en difficulté. Parmi les 16 fraternités, huit n'ont pas eu élection du Conseil parce que les frères sont anciens ou malades. Il y a besoin d'une plus grande proximité de la part des assistants, mais les Frères de la Custodie peu nombreux. Le Chapitre a été présidé par Maria Consuelo de Núñez, Vice-ministre général OFS, délégué du Ministre général OFS et assistée par Fr. Ferdinand Samaniego, OFM, Assistant spirituel national de la République Dominicaine, délégué de la CAS. L'eucharistie d'ouverture a été présidée par le Custode des Capucins. L'élection du nouveau Conseil a eu lieu comme prévu le 27 juin, et notre sœur Isabelle Lima Pérez a été élue Ministre nationale et Conseillère internationale, alors que notre frère José Luis Serrano a été élu Vice-ministre national. La messe de clôture a été célébrée Dimanche le 28.

 

Rwanda – Chapitre national électif

Du 23 au 26 juillet 2015, la Fraternité nationale de Rwanda a célébré son Chapitre national électif dans la paroisse de la localité de Kivumu. 35 capitulaires ont été présents. Le Chapitre a été présidé par Michel Janian, Conseiller de la Présidence, délégué du Ministre général de l'OFS, accompagné par Fr. Kizito Ngomanzungu, OFM, délégué de la CAS.  Le 23 juillet, le Chapitre a été inauguré par la célébration de la Sainte Messe, présidée par Fr. Kizito Ngomanzungu, OFM, et concélébrée par Fr. Luigi Marie Banderembako, OFM, un nouvel Assistant national de l'OFS du Rwanda. Finie la Messe, Michel Janian a pris la parole  pour distribuer les tâches et pour demander l'approbation de l'ordre du jour du Chapitre. Le lendemain, le 24 juillet, le Conseil sortant a présenté ses rapports, respectivement, le Ministre national, le Directeur de la formation, l'Assistant national et le Trésorier. Michel Janian a présenté le sujet : "Comment gérer  un Ordre international comme l'OFS ?".  Le troisième jour du Chapitre, le P. Kizito a présenté le sujet: "La mission, la spiritualité et le charisme des frères et sœurs de l'OFS". Par la suite les élections ont été faites. Edouard Kayonga a été élu Ministre national et Valens Hafashimana  Conseiller International. La messe de clôture a été aussi célébrée dans l'église paroissiale.

 

Bogotá, Colombie – Rencontre avec les Supérieurs Majeurs

Une rencontre avec les Supérieurs Majeurs du Premier Ordre (2 Ministres provinciaux et deux délégués) et trois Assistants nationaux de l'OFS et de la JeFra de la Colombie, organisé par la Ministre nationale de l'OFS, Sara Ruiz, et Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant général OFS-JeFra, a eu lieu mercredi le 12 août, au Foyer  Francisco Palau, à Bogotá - Colombie. L'objectif de la réunion était de promouvoir le dialogue et la réflexion commune de tous les participants sur le sujet de l'assistance spirituelle et pastorale à l'OFS et la JeFra de la Colombie, et de chercher les formes de fortifier ce service fraternel et le travail collégial des Assistants nationaux, ainsi que de fortifier la communion réciproque vitale entre différents composants de la Famille Franciscaine en Colombie, dans le contexte des opportunités et des défis actuels. L'un des résultats les plus importants de la réunion a été la décision prise pour les Supérieurs présents de se réunir à nouveau pour promouvoir une collaboration plus étroite entre les composants à travers la création d'une Conférence de Ministres provinciaux OFM, OFMCap et OFM Conv. Le travail a conclu fraternellement par le partage d’un repas.

 

Bogotá, Colombie – Cours sur l’Assistance spirituelle et pastorale à l’OFS et la JeFra

Un cours sur l'assistance spirituelle et pastorale à l'OFS-JeFra a eu lieu du 13 au 15 août au Foyer Francisco Palau à Bogotá, Colombie, organisé par Sara Ruiz, Ministre nationale OFS, et conduit par Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant général OFS-JeFra.  Le cours était destiné pour des assistants OFS et JeFra de divers niveaux et un bon nombre de franciscains laïcs. Les sujets présentés étaient les suivants : 1. OFS : Origine, l'histoire et mission; 2. Un manuel pour l'assistance spirituelle à l'OFS-JeFra; 3. Une présence active de l'OFS dans l'Église et dans le monde; 4. Assistance spirituelle et pastorale à l'OFS et à la JeFra; 5. La jeunesse Franciscaine : Identité, développement et relation à l'OFS; 6. Identité de l'OFS, et 7. La Formation d'une nouvelle Fraternité OFS. Samedi le 15, au matin, quelques frères et sœurs venus pour participer au Chapitre national intermédiaire de l'OFS de la Colombie se sont joints au cours. Le cours a inclus de divers moments de travail en équipes et des séances plénières, encadrées par les célébrations liturgiques. Le climat dominant a été de joie fraternelle et de participation active.

 

Mostar, Bosnie et Herzégovine – II° Congrès Européen OFS-JeFra

Le II° Congrès Européen OFS-JeFra  a eu lieu à Mostar, Bosnie-Herzégovine, du 17 au 23 août, sur le thème: "je vous exhorte à vous comporter d'une manière digne de la vocation que vous avez reçue" (Eph 4,1). Environ 100 représentants de 22 nations ont participé dans un climat de joie fraternelle, de foi partagée et célébrée, ainsi que d'une ample réflexion profonde. La Présidence du CIOFS fut représentée par Tibor Kauser, Ministre général, Chelito Núñez, Vice-ministre général, Anne Fruk et Attilio Galimberti, Conseillers, Andrea Odak, Conseillère pour la JeFra, et Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, assistant  général OFS-JeFra. L'Eucharistie d'ouverture a été célébrée dans la Cathédrale de Mostar et fut présidée par l'évêque titulaire du diocèse, Ratko Peric. Les sujets présentés aux congressistes ont développé quelques aspects de la vocation chrétienne et franciscaine, de la vocation spécifique des franciscains laïcs et de jeunes franciscains, ainsi que le rôle de la famille dans l'Église, et l'importance de l'Eucharistie et de la prière dans l'expérience des diverses vocations. Le programme a aussi inclus une table ronde qui a traité les sujets de pauvreté, de soin palliatif et d'écologie, ainsi que la présentation d'exemples de service réalisé dans ces domaines par les Fraternités nationales OFS et JeFra participants. Jeudi 20, une visite a été faite à la ville de Sarajevo, où l'eucharistie a été célébrée dans l'Église  Saint-Antoine de Padoue, présidée par l'évêque auxiliaire de Banja Luka, Marko Semren, OFM. En plus, les participants on fait des visites guidées à l'église orthodoxe et à la mosquée principale du lieu. Vendredi 21, une visite a été faite à Medjugorje, où les congressistes ont participé à la prière du chapelet et à la célébration eucharistique vespérale. La dernière nuit du congrès, les fraternités locaux OFS et JeFra de Mostar ont offert aux congressistes un programme folklorique  et une agape fraternelle. L'eucharistie conclusive a été célébrée le dimanche 23 dans l'Église Saints Pierre et Paul, de Mostar, et a été présidée par Fr. Ivan Sesar, OFM, Ministre Provincial de Herzegovine. Dans cette célébration, Tibor Kauser a déclaré le congrès clos,  et a publiquement invité les laïcs et jeunes franciscains à renouveler  leur engagement  de suivre Jésus selon l'esprit de Saint François, avant de recevoir une bénédiction spéciale. Le congrès s'est harmonieusement développé grâce au travail généreux et efficace de la commission d’organisation avec l'appui décidé des Fraternités nationales hôtes de l'OFS et de la JeFra. Le message conclusif du congrès a inclus des propositions dans quatre domaines : La vie de prière, la vie en fraternité, la famille et un engagement social et écologique.

 

Brésil – Chapitre national électif

Le Chapitre national électif de l'OFS du Brésil a été célébré du 21au 23 août dans la maison de retraites "Cenóbio de Transfiguração",  Castanhal - Pará. 43 capitulaires provenant de 16 régions ont été présents. Le Chapitre a été présidé par Silvia Diana, membre de la Présidence, déléguée du Ministre général OFS, assisté par Fr. José Antonio Cruz Duarte, OFM, Assistant spirituel général OFS-JeFra.  Les Assistants nationaux et beaucoup d'autres Assistants régionaux ainsi que quelques Ministres provinciaux du Premier Ordre ont été présents. La messe d'ouverture a été présidée par Fr. Almir Guimaraes OFM, Assistant  national OFS. Le premier jour, Fr. Wellington Buarque, OFM, Assistant  national de la JeFra, a donné une conférence sur le thème  "Notre être aujourd’hui : changer selon l'Évangile pour changer le monde." Le même jour a eu lieu aussi la présentation des rapports du Ministre national, du Formateur, du Président de la JeFra, du Trésorier et de l'Assistant national. Le deuxième jour, la messe a été célébrée par Mgr José Marie Chaves dos Reis, Évêque du Diocèse d'Abaetetuba, Pará, qui a parlé de l'importance des franciscains laïcs dans l'Église particulière. Le même jour, aussi les élections ont été faites. Vanderlei Suélio Gomes a été élu Ministre national et Conseiller international, et Marie José Coelho a été élue Vice-ministre et Conseillère Internationale substitut. Le dernier jour, le 23 août, les capitulaires ont défini les priorités pour le prochain triennat. La messe de clôture, lors de laquelle a eu lieu l'installation du nouveau Conseil fut présidée par Fr. José Antonio Cruz Duarte, OFM, Assistant spirituel général OFS-JeFra.

 

Irlande – Chapitre national électif

La Fraternité nationale de l'OFS de l'Irlande a célébré son Capitolo national électif les 22 et 23 août en All Hallows. Le Chapitre a été présidé par Michel Janian, Conseiller de la Présidence CIOFS et délégué du Ministre général OFS, Tibor Kauser, assisté par Fr. Stephen Innes, OFMCap, délégué de la CAS. Barbara McCoole a été élue Ministre national et Tony Bridgeman Conseillère internationale.

 

Cameroun – Chapite national électif

Le Chapitre national électif de l'OFS du Cameroun a eu lieu vendredi 28 août au Saint Jerome Pastoral Centre - Kumbo. Dans les jours précédents, environ 50 délégués de la majorité des Fraternités locales existantes se sont réunis pour célébrer la conclusion de l'Année jubilaire de Saint Louis,  avec un Camps national. 23 des 32 capitulaires convoqués avec droit de vote ont été présents. Le Chapitre a été présidé par Attilio Galimberti, Conseiller de la Présidence CIOFS et délégué du Ministre général OFS, Tibor Kauser, assisté par Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap, Assistant spirituel général. Genesis Gwaimbi a été élu Ministre national et François Tabi, Conseiller international. Tant la messe d'ouverture comme celle de  clôture ont été présidées par Fr. Felice Trussardi, OFMCap, Custode des Frères Mineurs Capucins du Cameroun.

 

Madagascar – Congrès national OFS

Du deux au huit Septembre 2015, la Fraternité national de l’OFS Madagascar a tenue un Congrès National dans la ville de Manakara dans le Diocèse de Farafangana. Plus de 300 membres OFS, JeFra et Fioretti (enfants Franciscains) venant de toute l’Ile  ont participé à l’évènement. Certains ont voyagé pour bien trois jours parcourant plus de 2000 Km. Le CIOFS a été représenté par Jenny Harrington, Conseillère Générale déléguée par le Ministre Général OFS, Tibor Kauser et par Michat Raout Legrand, Conseillère international pour JeFra. La CAS a été représentée par Fr. Francis Bongajum Dor, OFMCap.

Pourquoi la ville de Manakara pour un évènement si important? Le Conseil national OFS Madagascar a bien voulu célébrer dans ladite ville car elle se trouve à une quarantaine des kilomètres de Vohipeno où a vécu et où fut exécuté le vénérable Lucien Botovasoa, un Franciscain Séculier mort en 1947 et dont la cause de béatification est en court. Bien que le Diocèse de Faranfangana connait la présence OFS depuis les années ’40, grâce aux Missionnaires Jésuites, il y a eu une présence de congrégations Franciscaines seulement au début 2015 quand les FMM se sont installées dans le Diocèse. Ce manque a négativement affecté la croissance de l’OFS dans la Région. Un moment véritablement providentiel de grâce fu la vénération des reliques de Sainte Thérèse de Lisieux et de ses Parents Bienheureux dans la Paroisse Ste. Thérèse de Manakara.

Les Assistants nationaux, fr. Ratefiarison Jean Berchmans OFM, Fr. Joseph Antoine Razafimahafaly OFMCap. et huit autres assistants régionaux et locaux étaient présents pour l’évènement. Jeudi le 3 Septembre  Mgr Alfredo, évêque du diocèse de Mananjary et Administrateur Apostolique du diocèse hôte de Farafangana a accueilli les congressistes. Il a présidé  à une Messe et en plus donné une conférence sur la Lettre Encyclique, Laudato Sì’ du Pape François sur le soin de la maison commune. Entre autres activités et enseignements, Fr. Francis a tenu une conférence sur la doctrine sociale de l’Eglise et une journée de formation pour les Assistants Spirituels. Jenny Harrington a donné un enseignement sur la théologie du corps. Michat Raout Legrand a donné une conférence sur la relation OFS-JeFra. En plus, les participants capitulaires ont eu un chapitre délibératif pour réfléchir ensemble sur certains thèmes d’intérêt commun. L’avant-dernier jour, tous les congressistes sont allés en pèlerinage au lieux d’exécution de Lucien Botovasoa.

 

Grande Bretagne – Visite Fraternelle et Pastorale et Chapitre national électif

Les visites fraternelles et pastorales au Conseil national OFS de la Grande-Bretagne ont été faites du 24 septembre au 27 septembre. Le Chapitre électif de La même  a eu lieu le 26 septembre 2015, au Centre de retraites des Oblats, en Crewe, Cheshire. 23 capitulaires ont été présents, en plus de trois Assistants nationaux et quelques observateurs. Le Chapitre a été présidé par Tibor Kauser, Ministre général OFS, assisté par Fr. Francis Bongajum Dor OFMCap,  Assistant  général OFS-JeFra. Les capitulaires ont voté la proposition de Paula Pearce,  Ministre nationale sortante, d’ajouté trois membres au Conseil national, l'un pour " la présence dans le monde", l'autre pour la Jeunesse Franciscaine et le troisième sans une responsabilité fixe.

Paula Pearce a été réélue Ministre national et, ipso facto, Conseillère internationale, selon les Statuts Nationaux OFS de la Grande-Bretagne. Andrea Hambelton a été élue Vice-ministre et, ipso facto, Conseillère internationale substitut. Les visites fraternelles et pastorales et le Chapitre électif ont conclu avec la Sainte Messe présidée par Fr. Francis Bongajum Dor OFMCap, dimanche le 27 septembre. Dans son homélie conclusive, Fr. Francis a remercié pour leur présence,  pour le service rendu à la Fraternité nationale et pour la participation dans les deux évènements. En se inspirant des mots du Pape François aux religieux, il a exhorté tous à "regarder vers le passé avec gratitude, de vivre le présent avec passion et d’embrasser l'avenir avec espérance." Tout a conclu avec un repas fraternel avant adieux des participants.